Tuberculose

Kirghizistan, 21.03.2013
Kirghizistan : Un médecin de MSF montre la radiographie pulmonaire à un patient atteint de la tuberculose à l'hôpital de Kara Suu.
© Vincent Tremeau
Swaziland, 29.11.2013
Swaziland : Les patients attendent leur traitement tôt le matin tout en recevant une éducation sanitaire.
© Sven Torfinn
Ukraine, 04.11.203
Un patient atteint de tuberculose de prendre sa dose quotidienne de médicament à l'intérieur de la colonie pénitentiaire de Donetsk.
© Vincent Tremeau
 / 3

Quelles sont les symptômes de la tuberculose?

La tuberculose pulmonaire se manifeste le plus souvent par une toux prolongée, des expectorations (crachats) hémoptysiques (contenant du sang), une douleur thoracique et dans les cas graves par des difficultés respiratoires. Ces symptômes sont généralement accompagnés par une baisse de l'état général, une perte de poids, une fièvre modérée et des sudations nocturnes.

D'autres localisations de l'infection sont possibles. Elle peut toucher les ganglions, les os, les articulations, les reins, les voies urinaires, les organes génitaux et les diverses enveloppes qui entourent les organes (poumon, méninges, coeur, abdomen). Suivant l'organe touché, les symptômes pourront varier.

Une atteinte d'une vertèbre et de son disque conduira par exemple à des douleurs et à une déformation de la colonne vertébrale, cette forme de la maladie est appelée maladie de Pott.

Une atteinte d'un ou plusieurs ganglions (le cou étant la localisation la plus fréquente) donnera lieu à une augmentation de leur taille, indolore et non inflammatoire. A un stade plus tardif, des fistules (communication avec l'extérieur) pourront se créer et donner lieu à une suppuration.
La tuberculose peut également se disséminer dans tout l'organisme, on parle alors de tuberculose miliaire.

Quelles sont les voies de transmission de la tuberculose?

L'infection pulmonaire se transmet d'être humain à être humain par voie aérienne. Lorsque le patient tousse ou parle, il produit de minuscules gouttelettes contenant des bactéries qui restent dans l'air. Ces bactéries en suspension sont respirées par d'autres personnes qui sont ainsi contaminées. Environ 10% des personnes contaminées vont développer la maladie.
Les autres localisations de la tuberculose ne sont en principe pas contagieuses.

Comment peut-on prévenir cette infection?

Bien qu'offrant une protection partielle, la vaccination par le BCG (Bacille de Calmette et Guérin) est recommandée dans les pays en voie de développement où le risque de contracter la maladie est très important. Une immunosuppression grave, comme dans le cas du SIDA, est par contre une contre-indication au vaccin.

Lorsqu'une tuberculose pulmonaire est suspectée et diagnostiquée chez un patient, des mesures protectives doivent être mises en place pour le personnel de santé et l'entourage du patient. Cela implique l'isolement du patient et la mise à disposition de protections respiratoires (masques) pendant la phase contagieuse. Une fois le traitement efficace, l'isolation est levée. Un suivi médical doit être proposé au personnel de santé et à l'entourage du patient. Le test de Mantoux (petite injection sous la peau) permet de détecter une éventuelle contamination. Son interprétation est par contre plus difficile lorsque la personne a été vaccinée au préalable.

Enfin un dépistage aussi précoce que possible est important pour les patients présentant un système immunitaire déficient comme dans le cadre d'une atteinte par le HIV. Une prophylaxie antibiotique préventive peut être prescrite en cas d'une immunité fortement abaissée.

Comment peut-on diagnostiquer et traiter la tuberculose?

Une tuberculose pulmonaire est diagnostiquée sur la base de l'histoire et de l'examen du patient, des examens radiologiques (Rx du thorax) et des tests de laboratoires. Les expectorations du patient sont observées au microscope puis mis en culture pour détecter la présence de la bactérie. Ces tests de laboratoires sont répétés en cours de traitement pour vérifier son efficacité.

Une fois le diagnostic posé, un traitement médicamenteux contenant quatre sortes d'antibiotiques est prescrit pour une durée de six mois dans la majorité des cas. Si l'infection est résistante à un ou plusieurs antibiotiques, le traitement doit être adapté tant dans le contenu que dans la durée. La tuberculose multi-résistante (MDR-TB) et ultra-résistante (XDR-TB) sont une préoccupation croissante car le nombre de cas ne cesse d'augmenter et aucun nouveau médicament n'existe actuellement pour remplacer les anciennes molécules à disposition.

Le traitement est difficile pour le patient tant dans sa durée que dans le nombre de médicaments à absorber. Il peut entraîner également des effets secondaires et toxiques. Lors de la prescription d'un traitement, il est important d'assurer le suivi du patient en l'accompagnant dans sa maladie, en lui fournissant toutes les explications nécessaires et en le responsabilisant quant à sa prise médicamenteuse. En effet une interruption ou une mauvaise adhérence au traitement peut entraîner des rechutes et favoriser l'apparition de résistances.

Partager
Pays d'intervention
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner