28.06.2010 - Tchad

Crise alimentaire au Tchad – MSF lance un appel pour accroître et accélérer la distribution d’aide nutritionnelle

La bande sahélienne du Tchad est confrontée à l’une des pires crises nutritionnelles que le pays ait connue ces dernières années. Médecins Sans Frontières (MSF) lance un appel pour qu’une aide humanitaire plus importante et plus rapide soit mise en place pour subvenir aux besoins des plus vulnérables, en particulier les enfants de moins de cinq ans.
Prise en charge de la malnutrition sévère dans la bande sahélienne, Tchad, 2010
Prise en charge de la malnutrition sévère dans la bande sahélienne, Tchad, 2010
© Claire Lansard/MSF
Prise en charge de la malnutrition sévère dans la bande sahélienne, Tchad, 2010
Prise en charge de la malnutrition sévère dans la bande sahélienne, Tchad, 2010
© Claire Lansard/MSF
 / 2
Ce lien est?...

Plusieurs causes ont contribué à une augmentation des taux de malnutrition, notamment des précipitations irrégulières, de mauvaises récoltes, une hausse des prix des denrées alimentaires, un épuisement prématuré des stocks alimentaires et un accès insuffisant aux soins de santé. Dans la région de Hadjer Lamis, un dépistage rapide a montré que 5% des enfants de moins de cinq ans souffraient de malnutrition sévère aigüe et étaient en danger de mort. Aujourd’hui, dans cette seule région, près de 5000 enfants ont un besoin urgent d’assistance nutritionnelle.

« Nous sommes extrêmement inquiets par le nombre d’enfants souffrant de malnutrition sévère aigüe que nos équipes voient – près de 3000 enfants ont été admis dans nos programmes pendant le mois de mai » explique le docteur Benoit Kayembe, coordinateur médical MSF au Tchad.

Cette augmentation de la malnutrition est un véritable signal d’alarme car nous ne sommes qu’au début de la période de soudure. Plus d’enfants risquent de souffrir de malnutrition sévère dans les semaines à venir, jusqu’à la prochaine récolte en octobre.

Les autorités tchadiennes ainsi que les acteurs locaux et internationaux ont mis en place des mesures pour répondre à cette grave crise alimentaire. Malgré ces efforts, de nombreuses communautés ne reçoivent toujours pas d’aide alimentaire ou nutritionnelle. MSF lance un appel pour une réponse humanitaire plus rapide afin de subvenir aux besoins alimentaires des plus vulnérables, en particulier les enfants de moins de cinq ans.

MSF met actuellement en œuvre des interventions nutritionnelles d’urgence dans les régions de Hadjer Lamis, Batha, Guéra, Salamat et Quaddai ainsi que dans la capitale N’Djamena. Nos activités comprennent la mise en place de centres nutritionnels thérapeutiques ambulatoires et hospitaliers, ainsi que des distributions ciblées de nourriture pour plus de 60 000 enfants dans les semaines à venir.

Le Tchad n’est pas le seul pays à devoir faire face à cette crise nutritionnelle. On observe un plus grand nombre d’enfants malnourris dans la plupart des pays de la région du Sahel. MSF a également lancé des programmes nutritionnels d’urgence, ou renforcé des programmes existants, au Niger, Mali, Burkina Faso et Soudan.   

MSF est présente au Tchad depuis 1981. MSF apporte une aide médicale à la population tchadienne, résidente et déplacée, à Abéché, Adé, Kerfi et Dogdoré, ainsi qu’aux réfugiés ayant fui la région soudanaise voisine du Darfour et  la République Centrale Africaine. MSF intervient également au Tchad pour prévenir les  urgences médicales telles que des épidémies de rougeole et méningite.

Thématiques liées
Malnutrition, Malnutrition, Tchad, Urgences
Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner