03.09.2011 - Somalie

Somalie: les difficultés d’accès aux populations vulnérables

MSF a redoublé ses efforts pour venir en aide aux plus vulnérables en Somalie où l’organisation médicale humanitaire est active depuis plus de 20 ans.
Galcayo, Somalie, 16.08.2011
Des femmes font la queue avec leurs enfants devant le centre de thérapie nutritionnelle de Galcayo dirigé par MSF en Somalie.

MSF a augmenté sa capacité afin de prendre en charge les enfants mal nourris dans neuf projets dans l’ensemble du pays suite à un récent pic de malnutrition. Cependant, un mois après le début de l’intervention d’urgence de MSF, les progrès en matière de prestations médicales en dehors de la capitale, Mogadiscio, sont toujours lents. Les contraintes imposées aux activités de MSF dans le sud et le centre de la Somalie, associées aux préoccupations à l’égard de la sécurité dans la capitale, ont jusqu’à présent limité l’expansion des activités médicales d’urgence.

Les habitants du sud et du centre de la Somalie subissent depuis 20 ans les conflits armés, la sécheresse et le manque de services sociaux et médicaux. Alfonso Verdu, responsable de programmes en Somalie pour MSF déclare: «la crise nutritionnelle actuelle vient s’ajouter au cruel manque de soins qui afflige déjà la population».

Les restrictions de l’aide

Depuis une vingtaine d’années, MSF tente de combler les lacunes du système de santé. Pour ce faire, l’organisation a mis en place de nombreux projets médicaux en fournissant une vaste gamme de services comprenant des soins de santé primaires et secondaires, des soins maternels et infantiles, des traitements contre la tuberculose, de la chirurgie de guerre et des interventions chirurgicales oculaires. À l’heure actuelle, tous ces programmes sont passés en mode d’urgence pour répondre aux besoins de la population affaiblie par la grave sécheresse.

Pendant que les équipes MSF s’emploient à traiter en priorité la malnutrition à Galcayo, Jowhar, Guri El, Dinsor et Marere, il s’avère encore extrêmement difficile de sortir de l’enceinte des centres médicaux MSF pour aller secourir les plus vulnérables. Alfonso Verdu ajoute: «malgré nos efforts et de nombreuses négociations, nous ne sommes toujours pas en mesure d’ouvrir de nouveaux projets ni de lancer de nouvelles activités dans le sud de la Somalie».

Dans le sud et le centre du pays, MSF fait face à des restrictions dans ses déplacements pour venir en aide à la population en raison des contraintes imposées par des groupes armés. À Mogadiscio cependant, l’organisation choisit elle-même de limiter ses déplacements afin d’éviter d’exposer inutilement son personnel à l’insécurité. En effet, dans la capitale, la situation est hautement instable, et des vagues de violence sporadiques compromettent l’accès à certains quartiers.

Malnutrition et rougeole

Toujours à Mogadiscio, les équipes médicales MSF se battent contre des épidémies mortelles de rougeole et de malnutrition qui touchent simultanément les enfants le plus souvent. Au cours des deux dernières semaines, MSF a mis en place deux centres de nutrition thérapeutique pour les patients hospitalisés qui permettent de traiter 145 enfants. Une centaine d’enfants souffrant d’une malnutrition sévère et de complications médicales ont déjà été pris en charge dans ces centres qui offrent des soins en continu. Dans l’un de ces centres, on a diagnostiqué la semaine dernière que 38 pour cent des enfants malnutris souffraient aussi de la rougeole. Plusieurs équipes mobiles ont établi des centres de nutrition thérapeutique ambulatoires en vue de soigner les enfants malnutris ne présentant aucune complication médicale. Depuis le 8 août, d’autres équipes ont vacciné plus de 16 000 enfants contre la rougeole.

Les équipes mobiles MSF ont rencontré d’innombrables personnes atteintes d’infections respiratoires et cutanées ainsi que du choléra. Le 25 août, MSF a ouvert un centre de traitement du choléra qui a accueilli 22 personnes.

À Mogadiscio, comme dans le reste de la Somalie, il est primordial d’intensifier l’assistance pour venir en aide à ceux qui vivent dans les conditions les plus difficiles de la planète.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner