Ulcère de Buruli

Cameroun, 28.06.2013
Si l’ulcère de Buruli n’est pas traité rapidement, l’ulcération s’étend et peut créer de graves handicaps physiques.
© Tristan Pfund/MSF
Cameroun, 28.06.2013
Environ la moitié des personnes atteintes sont des enfants de moins de 15 ans.
© Tristan Pfund/MSF
Cameroun, 28.06.2013
Le traitement est constitué de trois volets : l’administration d’antibiotiques, le soin des plaies et les séances de physiothérapie.
© Tristan Pfund/MSF
 / 3

L'ulcère de Buruli fait partie des maladies tropicales dites négligées. C’est une infection chronique de la peau causée par une mycobactérie, qui provoque des plaies profondes et des déformations physiques. Elle entraîne souvent une stigmatisation sociale.

On trouve des patients atteints d’ulcère de Buruli dans une trentaine de pays africains, mais aussi en Australie et en Nouvelle Guinée. Environ la moitié des personnes atteintes sont des enfants de moins de 15 ans.

En collaboration avec le ministère de la Santé publique camerounais, MSF diagnostique et traite l'ulcère de Buruli depuis 2002. À ce jour, plus de 1100 patients ont été traités dans le district d’Akonolinga, où MSF a construit un pavillon spécialisé dans l’enceinte de l’hôpital. En une décennie, le traitement mis en œuvre par MSF contre la maladie à beaucoup évolué. Il comprend l’administration d’antibiotiques, le pansement des plaies, parfois la chirurgie pour enlever les tissus infectés, et des séances de physiothérapie qui permettent de diminuer les contractures.

Partager
Pays d'intervention
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner