10.07.2008 - Éthiopie

Ethiopie - Des obstructions répétées conduisent MSF Suisse à se retirer de Fiiq, dans la région Somali d’Ethiopie

Addis Abeba / Genève, 10 juillet 2008 – Se trouvant dans l'impossibilité de répondre aux besoins médicaux des populations victimes du conflit interne dans la région Somali d'Ethiopie, la section suisse de Médecins Sans Frontières a décidé d'interrompre ses activités et de se retirer de la région de Fiiq où elle avait lancé un programme d'assistance en décembre 2007.
20080710 ethiopia msf quits large
Fiiq, Ethiopie.
Ce lien est?...

Depuis avril 2007 la montée de la violence et le blocus économique liés au conflit entre les autorités éthiopiennes et les mouvements d'opposition ont eu des conséquences critiques sur les populations civiles dont les situations humanitaire et sanitaire se sont également dégradées en raison de la sécheresse. Ces populations, principalement nomades, voient leur liberté de mouvement limitée, les empêchant ainsi de poursuivre leur mode de survie traditionnel et restreignant leur accès à toute assistance alimentaire et sanitaire.

Des obstacles administratifs constants et des mesures d'intimidation à l'encontre des personnels de MSF dans la région de Fiiq ont empêché l'organisation d'apporter une aide médicale urgente aux populations en détresse. En dépit des accords signés avec les autorités fédérales, les personnels internationaux de MSF n'ont pas reçu les permis de travail nécessaires et ne pouvaient travailler sur place que pour de courtes périodes.

« Durant les six mois de notre intervention, nos équipes médicales n'ont pu travailler que dix semaines à Fiiq et cinq semaines dans la périphérie de la ville où les besoins les plus importants se font sentir. Cela réduit sensiblement l'impact médical de notre action », a déclaré Hugues Robert, responsable du programme Ethiopie à Genève.

Seuls 84 enfants souffrant de malnutrition ont pu être pris en charge alors que les taux de malnutrition sévère peuvent atteindre jusqu'à neuf pour cent dans certains villages, selon la dernière estimation effectuée par MSF en mai dernier. De plus, au cours des six derniers mois, les équipes mobiles de MSF n'ont pu effectuer que 677 consultations médicales auprès des patients dans la zone rurale autour de Fiiq, où l'on s'attendrait à voir bien plus de patients.

L'attitude des autorités à l'encontre des organisations humanitaires s'est traduite par des arrestations répétées de personnels de MSF, sans que des accusations ni des raisons précises n’aient été données.

« Nous sommes dans l'impossibilité d'effectuer les évaluations des besoins d’une manière indépendante et de procéder à nos activités là où les besoins sont les plus grands », a ajouté Hugues Robert. « Malgré nos initiatives constantes visant à améliorer les relations de travail avec les autorités, notre organisation ne peut que regretter l'absence de toute marge de manœuvre lui permettant d'apporter une aide indépendante et impartiale. »

A un moment où existe un réel et urgent besoin d'accroître le niveau de réponse, MSF Suisse en appelle au gouvernement éthiopien à changer les conditions générales de travail des organisations humanitaires dans la région Somali d'Ethiopie.

MSF Suisse travaille en Ethiopie depuis 1993 et a développé des projets dans le Sud Omo, à Sekota, à Damot Gale et à Gambella. L’organisation a aussi organisé la réponse à des épidémies et aux besoins nutritionnels des populations dans les zones du Wollyta, de Gurade et de Hadiya.

A Fiiq, dans la région Somali, MSF Suisse supporte, depuis décembre 2007, les activités du centre de santé et organise des cliniques mobiles pour les populations environnantes.

Thématiques liées
MSF, Éthiopie
Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner