03.09.2010 - RD Congo

RD Congo : MSF aide des milliers de déplacés du Sud-Kivu dans la région isolée de Shabunda

Dans la région de Shabunda, dans le Sud-Kivu, des milliers de personnes ont dû fuir leur village menacé par les conflits opposant l’armée congolaise (FARDC) à plusieurs groupes armés. En plein cœur de cette région isolée, MSF répond aux besoins urgents de cette population déplacée en prodiguant des soins médicaux d’urgence, ainsi que des traitements contre le choléra.
MSF répond aux besoins urgents de la population déplacée.
Suite a des violents affrontements entre l’armée congolaise (FARDC) et plusieurs groupes armées, des milliers de personnes ont dû quitter de force leurs villages dans l...

Depuis le début du mois d’août, de violents combats ont éclaté dans la partie nord de la province du Sud-Kivu. Plus d’une vingtaine de villages ont été brûlés et pillés. Craignant pour leur vie, plus de 25 000 habitants ont dû abandonner leur maison à la recherche d’un refuge dans les villes de Shabunda et Katshungu, ou encore dans la brousse.

Depuis la fin juin, les équipes MSF s’affairaient déjà à prodiguer des soins médicaux à plus de 20 000 personnes déplacées dans la région sud de Shabunda. Lorsque cette deuxième vague de personnes déplacées a rejoint Shabunda et Katshungu au début du mois d’août, MSF s’est empressé d’établir deux nouveaux centres de soins à Mbangayo et Lupinbi, dans la ville de Shabunda, et un autre près de l’hôpital de Katshungu. Patrick Wieland, chef des opérations pour MSF en République démocratique du Congo (RDC), explique : « Depuis l’ouverture de ces centres, nos équipes accueillent un grand nombre de patients chaque jour. Dans chacun des centres de soin, elles réalisent près de 200 consultations par jour. Nous traitons généralement des infections des voies respiratoires, des infections transmises sexuellement et les patients ayant des vers, tout ceci étant lié aux mauvaises conditions de vie de la population déplacée, » ajoute-il.

Le manque d’eau potable et la piètre qualité de vie des personnes déplacées ont engendré des cas de choléra dans la ville de Shabunda. Afin de contrôler l’épidémie qui dure depuis le 17 août, les équipes MSF ont immédiatement mis sur pied un centre de traitement contre le choléra à l’hôpital de Shabunda, où ils peuvent soigner plus de 30 nouveaux patients chaque jour. En date du 29 août, les équipes MSF ont traité plus de 290 patients atteints du choléra. Deux personnes sont décédées des suites de la maladie. La plupart de ces malades sont des personnes déplacées, accueillies par des familles de la ville, ou encore provenant des régions avoisinantes.

En réponse à la constante augmentation des cas de choléra, MSF compte intensifier ses activités, et ce, en dépit des défis importants qui se présentent. « Le plus gros défi à gérer est un défi logistique », explique Patrick Wieland. « Shabunda est une région très isolée, et le seul moyen d’y acheminer nos équipes et nos fournitures médicales est par avion-cargo. À la suite de l’épidémie de choléra, nous avons déjà envoyé sur place trois avions chargés de près de 8 200 kg de matériel, et nous prévoyons d’en envoyer un autre qui apporterait deux tonnes de fournitures et probablement une voiture. » Il ajoute : « Il n’y a pas de voitures à Shabunda, et les routes sont dans un état lamentable, alors nos équipes se déplacent en vélo ou en moto. »

MSF est la seule organisation humanitaire à apporter une aide médicale d’urgence dans la région de Shabunda. Les problèmes logistiques rendent l’accès à cette région isolée très difficile pour l’aide humanitaire. « Les besoins médicaux des personnes déplacées sont énormes  dans cette région. Nous devons en faire plus pour répondre à cette urgence, » soutient Patrick Wieland.

MSF offre des soins médicaux d’urgence à travers tout le Nord et le Sud-Kivu. L’organisation gère des hôpitaux et des cliniques mobiles, dirige des campagnes de vaccination et des programmes de lutte contre le choléra. Elle apporte aussi une aide médicale et psychologique aux victimes d’agressions sexuelles.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner