25.08.2010 - Pakistan

Pakistan: MSF étend ses activités contre les inondations, mais l’aide n’est toujours pas suffisante

Plus de quatre semaines après la réponse initiale d’urgence suite aux premières inondations qui ont submergé le Pakistan, MSF continue d’étendre ses activités dans les zones sinistrées et s’apprête à intervenir dans de nouvelles régions où des milliers de personnes, isolées par les eaux, n’ont pas accès à l’aide.
MSF-Belgique distribue de l’eau
MSF-Belgique ; distribution d’eau dans les villages entourant Charsadda, Pakistan, 08.08.2010

Afin de prévenir l’apparition de maladies hydriques, MSF augmente les distributions d’eau dans les principales villes et villages isolés des districts de Charsadda, Swat, Nowshera, Lower Dir et Dargai (province de Khyber Pakhtunkhwa). Dans les prochains jours, MSF débutera des activités d’assainissement de l’eau dans les provinces du Sind et du Baloutchistan.

Les équipes de l’organisation prévoient également d’évaluer les systèmes de distribution d’eau des villes de Dera Murad Jamali (Baloutchistan) et de Sukkur (Sind) : ils s’assureront que l’eau soit chlorée avant d’être accessible à la population.

540 000 litres d’eau sont distribués chaque jour à travers le Pakistan via des points d’eau fixes et mobiles (camions, réservoirs, distributions porte-à-porte, etc.). MSF fournit également des conteneurs d’eau et des seaux aux familles qui n’en ont pas assez. Par ailleurs, l’organisation assiste les communautés locales dans l’assainissement et la réhabilitation des puits contaminés.

« Quelques familles, possédant des petites pompes chez elles, ont commencé à réutiliser leurs sources d’eau. C’est inquiétant, parce que l’eau est toujours contaminée et peut provoquer de nombreuses maladies hydriques. Nous continuerons donc à fournir de l’eau potable jusqu’à la mise en place d’un système pour vérifier que l’eau soit assez bonne pour une utilisation quotidienne, » explique Muhammad Shakeel, membre de l’équipe MSF chargée de l’eau et de l’assainissement à Nowshera.

Travailleurs de santé : un rôle clé

Les agents de promotion à la santé MSF jouent un rôle crucial en sensibilisant les sinistrés aux risques sanitaires liés au manque d’hygiène. Pendant les distributions, ils apprennent par exemple aux populations à utiliser les pastilles d’épuration pour obtenir de l’eau potable chez elles. Les kits d’aide distribués par l’organisation comprennent généralement 20 pastilles qui, utilisées correctement, permettent à une famille de sept personnes de bénéficier d’eau potable pendant deux semaines.

Dans la ville de Dera Murad Jamali, au Baloutchistan, MSF craint que  les mauvaises conditions d’hygiène actuelles aggravent la malnutrition déjà présente avant les inondations. Le personnel médical sensibilise donc la population aux problèmes de malnutrition et délivre des conseils d’hygiène et de santé. Dans la province, MSF soigne actuellement plus de 300 enfants de moins de 5 ans, souffrant de malnutrition sévère dans son programme nutritionnel pédiatrique d’urgence, créé avant les inondations.

Développer les cliniques mobiles et les structures de santé

Depuis le début du mois d’août, MSF a effectué plus de 16 664 consultations auprès des sinistrés dans différentes régions du Pakistan. La moitié de ces consultations ont été menées via 14 cliniques mobiles, présentes dans des zones isolées ou fortement peuplées de Dera Murad Jamali, Khabula, Sobhatpur, Malakand, Swat, Lower Dir, Charsadda, Sukkur et Peshawar.

Avec l’augmentation des cas de diarrhées aqueuses aiguës, MSF a également mis en place six centres de traitement de la diarrhée à Swat, Lower Dir, Malakand, Hangu, Kot Addu et Dera Murad Jamali. Parallèlement, l’organisation a augmenté ses capacités médicales, logistiques et humaines pour soigner les maladies hydriques, en forte augmentation. MSF est prêt à ouvrir de nouveaux centres de traitement de la diarrhée si nécessaire.

Dans le district de Swat (province de Khyber Pakhtunkhwa), une unité d’isolement de 20 lits a été installée dans l’hôpital de Mingora, comprenant une tente destinée aux traitements de réhydratation orale et aux activités de sensibilisation à l’hygiène. L’équipe de Dera Murad Jamali, au Baloutchistan, a mis en place un centre de traitement de la diarrhée de 20 lits pour répondre à l’afflux massif de patients venant des districts voisins. À Kot Addu, au Pendjab, le centre de traitement de la diarrhée de MSF a augmenté sa capacité de 30 à 100 lits, afin de pouvoir prendre en charge davantage de patients hospitalisés.

À ce jour, les équipes de MSF ont soigné près de 1600 patients souffrant de diarrhées aqueuses aiguës.

Continuer les distributions

Alors que les risques de nouvelles inondations ne sont toujours pas écartés, MSF continue à fournir des produits de première nécessité aux sinistrés afin de leur assurer des conditions de vie minimales et de prévenir la propagation de maladies. Au Baloutchistan et au Khyber Pakhtunkhwa, plus de 14 675 kits d’aide et 4855 tentes ont été distribués dans les zones inondées. Un kit contient généralement des seaux, du savon, de la lessive, des brosses à dents, un jerrycan, des produits hygiéniques féminins, des serviettes, des tasses en plastique, des ustensiles de cuisine, des bâches en plastique, des tentes, des matelas, ainsi que des pastilles d’épuration de l’eau. Dans les prochains jours, les équipes étendront les  distributions de kits et de tentes à de nouvelles zones.

Nouvelles zones, nouvelles activités

Au Baloutchistan et au nord du Sind, le gonflement des eaux du fleuve Indus a forcé 90% de la population vivant dans les zones d’Usta Muhammad, Der Allar Yar ou Ganakha, à fuir leurs habitations. Au sud du district de Kashmore, ainsi qu’au sud du Sind, les inondations ont forcé les familles pauvres à se réfugier sur des terres surélevées, les berges des principaux canaux, les lignes de chemin de fer ou sur le bord de routes.

À Sukkur, au nord du Sind, MSF a commencé à distribuer des produits de première nécessité et a formé trois nouveaux dispensaires mobiles pour apporter des soins gratuits aux communautés touchées par les inondations. Les équipes mobiles au Sind rencontrent chaque jour jusqu’à un millier de personnes avec des besoins médicaux urgents, surtout des enfants. Dans la ville de Sukkur, MSF soutient désormais une unité pédiatrique de 30 lits destinée aux enfants de moins de 5 ans.

Au sud du Sind, MSF a établi un nouveau bureau à Hyderabad pour coordonner les activités de la région.

Au Khyber Pakhtunkhwa, au Sind, au Pendjab et au Baloutchistan, les équipes exploratoires continuent leur mission d’évaluation pour identifier les besoins et intervenir immédiatement auprès de populations isolées. Dans ces localités, les équipes de MSF se préparent désormais à répondre aux énormes besoins humanitaires et médicaux, via des distributions de produits de première nécessité et d’eau propre, mais aussi en mettant en place des cliniques mobiles et des centres de traitement de la diarrhée.

Plus de 100 personnels internationaux travaillent actuellement au côté de 1200 Pakistanais dans les programmes de MSF du pays.

Depuis 1998, MSF apporte une aide médicale gratuite aux Pakistanais et réfugiés afghans victimes de conflits armés, bénéficiant  d’un accès limité aux soins de santé ou touchés par des catastrophes naturelles, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, du Baloutchistan et du Cachemire, ainsi que dans les zones tribales (FATA). Les activités de MSF au Pakistan sont uniquement financées par des dons privés. L’organisation n’accepte les subventions d’aucun gouvernement.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner