19.09.2012 - RD Congo

MSF tente d’endiguer l’épidémie d’Ebola en RDC

Alors que MSF a mis un terme à son intervention contre l’Ebola en Ouganda, l’organisation médicale est toujours mobilisée dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC).
Ouganda, 03.08.2012
Une épidémie d’Ebola est officiellement considérée comme terminée quand il n’y a aucun nouveau cas confirmé dans un délai de 42 jours.

L’épicentre de l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) se situe dans la ville d’Isiro et ses environs, dans la Province orientale. Une enquête rétrospective sur les cas suspectés a montré que 31 personnes étaient décédées depuis le début de l’épidémie en mai. Seuls 16 des cas ont été confirmés en laboratoire. Bien que la situation reste grave, MSF souhaite rappeler qu’à l’heure actuelle seuls six patients sont atteints de la maladie. Ces patients ont fait l’objet d’un dépistage et ont été accueillis au centre de traitement d’Isiro. En collaboration avec le ministère de la Santé congolais et d’autres organisations, MSF a pris en charge les patients et tente d’endiguer l’épidémie.

«Nous étudions l’épidémie d’Ebola en profondeur afin de comprendre la dynamique du virus», explique Teresa Sancristóval, responsable de la cellule d’urgence de MSF. «Nous constatons que certaines personnes ont échappé à la maladie pour le moment, et nous les testons pour voir si elles n’ont pas déjà contracté la maladie auparavant. Depuis que le centre de traitement a ouvert ses portes, tous les patients souffrant de cette maladie y ont été pris en charge.»

MSF a adopté des mesures pour éviter que l’épidémie ne se propage davantage. En outre, l’équipe d’urgence a mis en place un centre de traitement et a offert son soutien en matière de formation au personnel du ministère de la Santé afin de lutter de façon adéquate contre l’épidémie. Elle fournit également des soins psycho-sociaux aux patients et à leur famille. Il est aussi crucial de suivre des règles d’hygiène strictes pour prévenir la contagion et mettre un terme à la propagation du virus.

Fin de l’intervention en Ouganda

Le 13 septembre 2012, MSF a mis un terme à sa réponse d’urgence à une épidémie d’Ebola en Ouganda. L’équipe MSF a confié au ministère ougandais de la Santé la gestion du centre de traitement qu’elle avait mis en place dans le district de Kibaale, dans l’ouest du pays.

Après l’annonce de l’épidémie fin juillet, une équipe d’urgence de MSF était intervenue en mettant en place un centre de traitement dans l’hôpital de Kagadi. Dans le cadre d’un plan pour se préparer à de futures épidémies dans le pays, MSF a également réhabilité une unité de traitement dans l’hôpital de Mulago à Kampala, la capitale. «L’Ouganda a développé sa capacité à répondre aux urgences Ebola», souligne Olimpia de la Rosa, coordinatrice d’urgence de MSF.

Cette dernière épidémie d’Ebola a coûté la vie à 17 personnes. Après la mise en place du centre de traitement, 69 cas suspects et 5 cas confirmés d’Ebola ont été rapportés. Il n’y a cependant plus eu de cas confirmé depuis le 3 août. Une épidémie d’Ebola est officiellement considérée comme terminée quand il n’y a aucun nouveau cas confirmé dans un délai de 42 jours.

Certains patients s’en remettent complètement

La fièvre hémorragique Ebola est une maladie contre laquelle il n’existe aucun traitement ou vaccin. Le premier cas humain a été détecté en 1976 au Zaïre, l’actuelle RDC. La maladie se transmet via les fluides corporels et présente un taux de mortalité de 25 à 90%, selon la souche de la maladie. Cependant, certains patients s’en remettent complètement. Cela a été le cas dans le district de Kibaale, en Ouganda, où une femme enceinte a perdu son bébé mais a survécu à la maladie.

Thématiques liées
Ebola, Ouganda, RD Congo
Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner