01.02.2013 - Mozambique

Mozambique: près de 150 000 déplacés à cause des inondations

MSF se déploie dans les camps de déplacés, où la situation est préoccupante.
Mozambique, 31.01.2013
Graves inondations dans la région du fleuve Limpopo
Ce lien est?...
Sur le même sujet

A la fin du mois de janvier, de fortes pluies se sont abattues sur l’est de l’Afrique australe et ont provoqué de graves inondations dans la région du fleuve Limpopo. À ce stade, la situation semble la plus critique au Mozambique, où de vastes zones de la province de Gaza restent inondées par le fleuve Limpopo et ses affluents. Les autorités ont donné l’alerte le 22 janvier. Selon les chiffres officiels, environ 240 000 personnes ont été touchées, 146 000 d’entre elles ont trouvé refuge dans presque 30 camps temporaires et 48 personnes sont décédées depuis le 28 janvier.

Le 29 janvier, MSF, qui est présente dans la capitale Maputo avec des programmes contre le VIH/sida, a commencé une mission de reconnaissance dans le sud du Mozambique, à Chokwe, Guija et Xai Xai, quelques-uns des endroits où la situation est la plus grave. A Chokwe, bien que l’eau commence à se retirer, environ 114 000 habitants résident toujours dans dix camps provisoires. Le 29 janvier, une équipe de MSF a évalué la situation à Chaquelane, le plus grand de ces camps qui accueille environ 50 000 déplacés. La plus grave préoccupation concerne l’assainissement, car il n’y a actuellement que 60 latrines.

«Un paysage d’après-guerre»

«La ville de Chokwe donne l’impression d’un paysage d’après-guerre. Dans le centre-ville, il y a des problèmes évidents liés à l’assainissement et à l’hygiène à cause de l’eau stagnante sale et la présence d’animaux morts dans les rues», explique Lucas Molfino, coordinateur médical pour MSF au Mozambique.

Dans les districts de Chokwe, seuls six des 23 centres de santé fonctionnent encore. La plupart des médicaments et le petit matériel médical tel que les pansements ou les seringues ont été détruits. Le ravitaillement est rendu difficile par le fait que de nombreuses rues sont toujours coupées. Même si l’approvisionnement en médicaments antirétroviraux semble assuré, les inondations pourraient affecter les soins pour les personnes vivant avec le VIH/sida. En effet, plus aucune consultation n’est dispensée à Gaza, alors que la province présente la plus forte prévalence du VIH/sida du Mozambique. Jusqu’à ce que le ministère de la Santé puisse reprendre pleinement ses services, une équipe MSF a commencé à dispenser des consultations à l’hôpital pour les habitants qui sont de retour chez eux.

Aussi au Malawi, en Afrique du Sud et au Zimbabwe

Dans le sud du Malawi, des milliers de familles ont été déplacées et vivent maintenant dans des camps, souvent mis en place dans des écoles primaires. Dans le district de Nsanje, MSF a contribué à améliorer l’hygiène et l’accès à l’eau dans les camps en construisant des toilettes et des douches temporaires, en réparant des points d’eau hors d’usage et en menant des actions de sensibilisation sur les mesures d’hygiène. En outre, des produits non-alimentaires, comme du savon, des seaux, des couvertures et des moustiquaires, ont été distribués aux populations déplacées. Les équipes de MSF ont fait don de stocks de médicaments aux agents de santé communautaires locaux. Ces derniers ont vu le nombre de leurs consultations plus que tripler. L’immense majorité des patients sont des enfants de moins de cinq ans qui se plaignent de diarrhées ou de fièvre.

En raison du débordement du fleuve Limpopo, environ 800 personnes ont aussi été évacuées à Musina, en Afrique du Sud. MSF a mis en place une clinique mobile durant les premiers jours de la crise. Au Zimbabwe, pour le moment, les autorités et d’autres acteurs couvrent correctement les besoins de la population touchée par les fortes pluies et MSF a seulement organisé une distribution de couvertures et de seaux dans les villages de Pumula et de Tsholotsho. L’organisation a aussi approvisionné en eau l’hôpital de Beitbridge et une autre clinique pendant deux jours.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner