05.12.2016 - Liban

«Je me souviens encore du premier enfant né dans notre centre. Elle s'appelait Ghazal.»

Au centre de soins maternels et infantiles de Majdal Anjar au Liban, les équipes de MSF mettent tout en œuvre pour assurer aux réfugiées syriennes des grossesses saines et des accouchements sûrs.
Majdal Anjar, Liban, 07.09.2016
Majdal Anjar: chaque mois, les équipes de MSF effectuent 100 accouchements naturels au centre.
Ce lien est?...
Sur le même sujet

«Je me souviens encore du premier enfant né dans notre centre», raconte Wesal, une sage-femme de Médecins Sans Frontières (MSF). «Elle s'appelait Ghazal. L'équipe était très heureuse de créer le centre et s'est réjouie de la naissance de cette fille. Chacun de nous considérait Ghazal comme sa propre fille.»

La mère de Ghazal, Hansa, est une jeune femme syrienne originaire d'Idlib. Elle se souvient très bien du moment de l'accouchement. «Nous sommes arrivés au centre vers quatre heures du matin, et nous avons été accueillis chaleureusement par l'équipe médicale. Comme il faisait froid, le personnel a allumé le chauffage avant de me préparer pour l'accouchement.»

«Dieu merci, mon accouchement a été facile. J'ai passé les 24 heures suivantes au centre, en compagnie de ma fille et sous la surveillance de l'équipe médicale. On m'a traitée comme un membre de la famille, et je me suis sentie chez moi malgré le fait que ma mère et le reste de ma famille étaient encore à Idlib.»

Majdal Anjar est située dans une région considérée comme l'une des plus pauvres du Liban. Elle a accueilli plus de 80 000 réfugiés syriens depuis le début de la crise en 2011. MSF a inauguré le Centre de soins maternels et infantiles en février 2016, afin d'offrir gratuitement des services de santé reproductive et d'accouchement à plus de 16 000 femmes en âge de procréer dans la zone de Bekaa, et plus précisément au village de Majdal Anjar et alentour.

Le Centre de soins maternels et infantiles de Majdal Anjar est le troisième centre géré par MSF au Liban, les deux autres se situant à Arsal dans la vallée de la Bekaa et à Chatila près de Beyrouth. Afin de réduire la mortalité maternelle, ces centres fournissent gratuitement des services d'accouchement simple ainsi que des soins prénataux, anténataux et postnataux. Une équipe médicale spécialisée propose en outre un service de santé reproductive et de planning familial qui vise à assurer une grossesse saine et un accouchement sûr à toutes les femmes.

Chaque mois, les équipes de MSF effectuent 100 accouchements naturels au centre. En cas de naissance par césarienne ou d'autres complications pendant l'accouchement, les équipes médicales sont à même de stabiliser l'état des patientes avant de les transférer vers d'autres hôpitaux de référence de la région.

«Les transferts ne se font pas seulement en cas d'urgence, mais aussi quand la mère ou l'enfant présentent des problèmes susceptibles d'empêcher un accouchement normal dans notre clinique. Nous détectons les problèmes de santé pendant les consultations de routine dès le quatrième mois de grossesse», explique Mariam El Masri, la responsable du centre.

Hamida, une réfugiée syrienne qui a récemment accouché au centre de soins maternels et infantiles de MSF, assure que ces multiples visites en cours de grossesse ont eu une grande importance dans son cas. Tout au long de la période prénatale, la sage-femme a travaillé avec une gynécologue pour s'assurer que le fœtus et la mère étaient en bonne santé, et que cette dernière pourrait donner naissance à son fils Khaled en accouchant naturellement au centre.

«Ce qui me touche le plus, c'est de voir ces femmes qui viennent au centre avec un besoin d'aide urgent, et qui repartent satisfaites et ravies de nos soins», explique Wesal, la sage-femme.

Le Centre de soins maternels et infantiles de Majdal Anjar est ouvert 24h/24 et 7j/7 afin d'accueillir des patientes issues des populations qui en ont le plus besoin, comme les réfugiés syriens.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner