10.10.2009 - Philippines

Interview d'un médecin de l’équipe d’urgence de MSF, inondations aux Philippines

Philippines, 10.10.2009
Philippines, 10.10.2009
Ce lien est?...

Qu’avez-vous fait aujourd’hui ?

Aujourd’hui, la clinique mobile de MSF a fait escale dans le quartier de Pasig City, à Manille. La région est encore entièrement submergée et à de nombreux endroits, l'eau vous arrive encore jusqu'à la poitrine. On pense que la situation va mettre 3 mois à se s’améliorer dans cette région ! Malgré tout, beaucoup d'habitants se déplacent dans des embarcations de fortune ou carrément dans l'eau. C'était vraiment très difficile d'accéder à la ville. Nous avons dû laisser notre voiture, prendre un « jeepney », traverser la rivière en bateau à moteur avant de prendre un bateau plus petit pour naviguer sur les voies plus étroites. Nous avons installé la clinique mobile au second étage d’une maison. Nous avons reçu 92 patients aujourd’hui et la plupart d’entre eux souffraient d'infections respiratoires, de diarrhées aqueuses, d’infections cutanées ou d’une combinaison des trois. Je pense ne pas me tromper en disant que la majorité de ces maux sont directement liés aux inondations. La communauté n’a actuellement aucun accès aux soins de santé car le centre médical local est inondé.

Quels sont les besoins médicaux dans cette région ?

Les maladies qui prévalent en ce moment sont simples et évitables, mais sans traitement, elles peuvent s'aggraver, surtout dans les régions qui se sont toujours innondées. Ces communautés doivent pouvoir bénéficier régulièrement d'un accès à des soins de santé de qualité. L’accès à l'eau, aux services de traitement des eaux usées et aux dispositifs d’hygiène est également essentiel.

Comment les équipes MSF peuvent-elles se rendre utiles ?

MSF essaie d'assurer des soins médicaux dans les régions qui n’ont pas encore pu être atteintes par les opérations de secours actuellement menées. Il s’agit principalement de communautés urbaines pauvres qui sont toujours inondées, ce qui rend l’accès difficile. Une fois encore, MSF va là où d'autres ne peuvent pas aller.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner