23.01.2010 - Haïti

De nouveaux besoins médicaux identifiés par les cliniques mobiles

Tandis que des blessés continuent d’être soignés et que les opérations se poursuivent dans les hôpitaux de Médecins Sans Frontières (MSF) et les unités de soins sous tente à Port-au-Prince, les équipes itinérantes, qui ont commencé récemment à parcourir la capitale et d’autres localités plus à l’ouest, identifient un nombre significatif de personnes nécessitant des soins médicaux.
20100123 haiti 52784
Martissant, Port-au-Prince, Haiti, 15 janvier 2010.
Ce lien est?...

Étant donné que les hôpitaux en état de fonctionner dans la ville ont été débordés par l’afflux de blessés graves au cours des dix derniers jours, les maladies plus bénignes et les blessures requérant des soins à plus long terme ont été plus difficiles à prendre en charge. Les équipes dirigeant les cliniques mobiles MSF indiquent qu’en cas de négligence, ces blessures moins sévères et ces maladies peuvent rapidement s’aggraver.

Le premier jour de leur visite dans la capitale, les cliniques mobiles ont repéré quelques 200 patients nécessitant des soins, comme nettoyer leurs blessures, changer leurs pansements, recoudre leurs plaies ou recevoir des soins plus spécialisés dans l’un des hôpitaux MSF. Dans les secteurs de Léogâne et de Grand-Goâve, les équipes MSF ont identifié des dizaines de blessés attendant une chirurgie et les ont transférés vers les hôpitaux.

Dans le bidonville de Cité Soleil, l’un des quartiers les plus pauvres de Port-au-Prince, où MSF réalise près de 30 interventions chirurgicales par jour, le personnel assiste à une augmentation des cas de blessures par balle ou causées par des machettes. Bien que la tension augmente de manière sensible dans le secteur, les blessures liées à la violence restent néanmoins relativement peu élevées, avec une moyenne de trois cas par jour. Marie-Christine Ferir, l’une des coordonnatrices d’urgence pour MSF, dit que ces cas doivent être remis dans leur contexte. « Bien avant le tremblement de terre, il s’agissait d’un quartier très défavorisé, avec de nombreux problèmes sociaux et un passé violent. Il est clair que les tensions existantes ne pouvaient qu’être exacerbées par le stress lié au séisme. »

Les autres équipes MSF s’efforcent toujours de trouver ou de mettre sur pied des structures convenables pour traiter ou accueillir les patients auxquels MSF offre des soins. Les secousses importantes qui ont secoué Haïti mercredi ont amplifié encore davantage les besoins pressants de la population, avec notamment l’évacuation de deux hôpitaux à Port-au-Prince et d’un à Léogâne en raison de l’insécurité de leurs bâtiments. Les patients ont dû être installés sous des tentes et une centaine a été déplacée vers l’hôpital gonflable en construction.

Bien que le nombre de travailleurs MSF assignés à l’urgence soit en augmentation rapide, la reprise de contact avec certains membres de notre personnel travaillant dans nos projets existants avant le séisme a pris du temps. Nombreux sont ceux qui sont retournés au travail en dépit du désastre qui a touché leur famille et leur quartier. Néanmoins, c’est avec une grande tristesse que MSF déplore le décès de quatre de ses collègues. Quatre autres membres qui avaient récemment travaillé au sein de notre organisation sont également décédés, et six travailleurs sont toujours portés disparus.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner