Choléra - foudroyant mais facilement soignable

Haïti, 24.11.2010
Cette maladie peut être dévastatrice à l’image de l’épidémie qui a frappé Haïti en octobre 2010.
© Ron Haviv/VII
Guinée, 16.08.2012
Personne ne devrait mourir du choléra, car le traitement est simple et très efficace.
© Holly Pickett
RD Congo, 07.07.2011
Un patient atteint par le choléra peut perdre jusqu’à 25 litres par jour.
© Robin Meldrum
Haïti, 06.11.2010
Les diarrhées et vomissements provoqués par cette maladie peuvent être foudroyants. On peut en mourir en quelques heures.
© Spencer Platt / Getty Images
 / 4

Le choléra est une infection intestinale aiguë due à une bactérie présente dans les eaux sales et stagnantes. Cette maladie peut être dévastatrice à l’image de l’épidémie qui a frappé Haïti en octobre 2010 et qui n’est toujours pas jugulée. En 2012, MSF est aussi intervenue contre le choléra en Guinée, en Guinée Bissau et en République démocratique du Congo.

Les diarrhées et vomissements provoqués par cette maladie peuvent être foudroyants. On peut en mourir en quelques heures. En effet, un patient atteint par le choléra peut perdre jusqu’à 25 litres par jour. Cette perte d’eau massive peut conduire à un état de choc et provoquer la mort du patient.

Lors d’une épidémie, la maladie se répand par une contamination entre humains.  Présente dans les selles ou les vomissements des malades, la bactérie est transmise aux personnes qui ont bu ou mangé des aliments lavés avec de l’eau contaminée. Le choléra est favorisé par une hygiène précaire et l’absence de traitement des eaux. Il se propage d’autant plus rapidement là où des populations sont regroupées, comme dans un camp de réfugiés, ou lors d’inondations. Des précautions élémentaires suffisent à prévenir l’infection, comme se laver les mains.

Le traitement du choléra est simple  et efficace. Il faut réhydrater le patient afin de remplacer l’eau et les électrolytes comme le sodium et le potassium qui ont été perdus. On utilise pour cela des solutions orales ou une perfusion pour les cas plus graves.

Partager
Pays d'intervention
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner