Ukraine - Aide aux victimes du conflit

Ukraine, 11.06.2016
MSF a déployé des cliniques mobiles des deux côtés de la ligne de front pour fournir des soins de santé primaire et un soutien psychologique aux populations.
Situation géographique
La mission en chiffres
Collaborateurs locaux:
40
Collaborateurs internationaux:
16
Budget:
CHF 3 822 000
Ce lien est?...

Cliniques mobiles depuis Marioupol et Kourakhove

En 2016, MSF est intervenue dans la région avec trois équipes mobiles rayonnant depuis Marioupol et Kourakhove. Composées d’un médecin, d’une infirmière et d’un psychologue, ces équipes ont dispensé 21000 consultations médicales et environ 2 600 consultations psychologiques dans 26 lieux situés au sein et le long de la zone tampon. Installées dans des établissements de santé, des bâtiments communautaires, des écoles ou des jardins d’enfants désaffectés, ces cliniques ont accueilli en majorité des patients âgés, incapables de quitter la région. MSF a poursuivi le programme établi en 2015 en se concentrant sur le traitement des maladies chroniques. Plus de 18 000 consultations ont été dispensées par MSF en 2016.

Soigner l’hépatite C à Mykolaïv

A partir d’octobre, MSF a initié un projet centré sur la prise en charge de l’hépatite C destiné aux populations vulnérables et à haut risque de Mykolaïv. L’Ukraine affiche la prévalence de l’hépatite C la plus élevée d’Europe, mais aussi le taux de traitement le plus faible du continent. De plus, les médicaments génériques permettant de soigner ce virus sont très peu accessibles. La région urbaine et industrielle de Mykolaïv est fortement touchée par l’épidémie, avec des taux de contamination trois fois supérieurs au reste du pays. C’est la raison pour laquelle MSF s’est associée aux services de santé locaux pour y soigner, dès le troisième trimestre 2017, les personnes atteintes d’hépatite C.

Accès impossible dans l’est de Donetsk

Depuis 2015, MSF se voit refuser l’accès aux régions qui échappent au contrôle gouvernemental dans l’est de Donetsk. En dépit des efforts menés, l’organisation n’a pas été en mesure de reprendre ses activités dans cette zone en 2016. L’interdiction de travailler concerne de nombreux autres intervenants humanitaires, ce qui rend la situation extrêmement préoccupante. MSF entend poursuivre ses négociations afin de revenir apporter de l’aide dès que possible.

Mis à jour en juillet 2017 / Chiffres du Rapport d'Activité 2016

Partager
Pays d'intervention
S'abonner à la newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner