Swaziland - Stratégies préventives

Swaziland, 2013
Depuis le début de l’intervention il y a cinq ans, la stratégie de MSF consiste à traiter simultanément le VIH/sida et la tuberculose.
Situation géographique
Swaziland
La mission en chiffres
Collaborateurs locaux:
277
Collaborateurs internationaux:
17
Budget:
CHF 6'265'000
Ce lien est?...

Des solutions innovantes pour combattre le VIH/Sida et la tuberculose

Dans la région de Shiselweni, une zone rurale située au sud du pays particulièrement affectée par le VIH et la tuberculose, MSF poursuit son travail aux côtés du ministère de la Santé pour améliorer la qualité des soins et l’accès aux traitements pour les patients. La stratégie repose sur la décentralisation des services médicaux. Les programmes proposent des soins de proximité aux patients infectés, en déplaçant les ressources des hôpitaux et des centres de santé régionaux vers les cliniques de soins de santé primaires, qui fournissent ainsi des traitements contre ces maladies au sein d’un espace commun de consultation. Ceci permet d’éviter aux patients de longs voyages et favorise ainsi l’adhésion et l’observance du traitement. En parallèle, cela permet à MSF de diagnostiquer et de traiter un plus grand nombre de personnes. En 2016, les équipes ont continué de soutenir l’intégration de la prise en charge de ces deux maladies dans 22 cliniques de soins primaires, et de renforcer la mise en place de stratégies communautaires. Au cours de l’année, 15 773 patients ont bénéficié d’une thérapie antirétrovirale (ARV), et plus de 400 personnes souffrant de tuberculose ont été soignées. Un des points centraux du programme est le contrôle et la prévention d’infections opportunistes.

Le projet pilote VIH « diagnostique et traitement» est toujours actif à Shiselweni et a été intégré par le ministère de la Santé dans la politique nationale en octobre 2016. L’objectif est de mettre immédiatement sous traitement ARV toutes les personnes dépistées positives au VIH. Il a en effet été démontré que les ARV rendent le virus presque indétectable dans le sang et dans les autres liquides organiques, réduisant par ailleurs sa transmission de 96 %. Le traitement est donc considéré comme l’un des outils de prévention les plus efficaces.

Dépistage du cancer du col de l’utérus et assistance alimentaire ponctuelle

En 2016, le pays a connu une sécheresse très importante, MSF a distribué des compléments alimentaires aux personnes vivant avec le VIH afin de limiter les troubles gastro-intestinaux causés par le traitement. En septembre, MSF a aidé le ministère de la Santé à mettre en place le dépistage et le traitement du cancer du col de l’utérus afin de diminuer le nombre de malades et de décès liés à cette maladie. En décembre, 865 femmes avaient déjà bénéficié de ce dépistage.

Mis à jour en juillet 2017 / Chiffres du Rapport d'Activité 2016

Partager
Pays d'intervention
S'abonner à la newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner