RD Congo - L’urgence permanente

RD Congo, 10.07.2012
Entre octobre et décembre, MSF a soigné plus de 12 700 malades de la rougeole et vacciné 226 000 enfants dans plusieurs zones affectées.
© Aurelie Lachant/MSF
RD Congo, 01.08.2012
Aider les victimes des conflits armés à Gety et dans ses environs.
© Patrick Wieland/MSF
Haut-Uélé, RD Congo, 15.10.2011
La région des Uélés est l'une des régions d'Afrique les plus touchées par la maladie du sommeil.
© Ben Milpas
Bunia, RD Congo, 07.03.2010
L'hôpital Bon Marché, à Bunia, a été fermé en 2010.
© Frederik Matte
 / 4
Situation géographique
RD Congo
La mission en chiffres
Collaborateurs locaux:
445
Collaborateurs internationaux:
45
Budget:
CHF 17'746'000
Ce lien est?...

_

Ce vaste pays est ravagé par des conflits régionaux, des épidémies et une infrastructure défaillante ou inexistante. Les indicateurs de santé sont au plus bas et les populations en détresse, difficiles d’accès. Sur le plan politique, les élections programmées pour novembre 2016 ont été reportées à plusieurs reprises par le président Joseph Kabila, ce qui a augmenté d’un cran les tensions dans le pays. En raison de besoins médicaux changeants et de l’apparition d’épidémies, MSF a lancé en 2016 de nouvelles interventions d’urgence dans la province du Tanganyika, tout en poursuivant ses activités dans le Haut et Bas-Uélé et l’Ituri. 

Assistance médicale dans une zone disputée

En 2011, l’est du pays est redevenu le théâtre d’opérations militaires et les affrontements entre les groupes armés se poursuivent. MSF apporte son soutien aux populations de la zone qui n’ont pas accès à la santé depuis 2003. Le projet de Gety, ouvert en 2006, a assisté environ 19 6424 personnes en 2016, dont 57 879 personnes déplacées. Bien que MSF ait transféré le service pédiatrique aux autorités locales, l’organisation a maintenu sa présence dans celui des soins intensifs. MSF a préparé son départ graduel de l’hôpital général de la ville de Gety en travaillant à l’amélioration des structures de santé existantes. La zone de santé de Boga accueille des personnes déplacées ayant fui en 2015 les attaques de groupes armés dans la province du Nord-Kivu. Les équipes travaillent au sein des soins intensifs, de la maternité et du laboratoire de l’hôpital de Boga. MSF prépare son retrait du projet en 2018. MSF a travaillé auprès des communautés environnantes dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive et pour soigner les victimes de violences sexuelles et leur apporter un soutien psychologique. En 2016, ces activités ont été répliquées à Mambasa en y incluant le traitement des infections sexuellement transmissibles. Presque un an après l’ouverture de ce programme, 1 107 personnes ont été traitées.

Santé primaire et traitement des épidémies

Les équipes de MSF ont lancé en août 2015 un programme d’urgence dans la province du Tanganyika pour endiguer une flambée de rougeole. MSF a décidé de maintenir sa présence dans l’unité pédiatrique de l’hôpital de Manono pour traiter les cas de malnutrition aigüe sévère avec complications et les autres urgences. Au total, 6 639 enfants ont été admis en pédiatrie, 1495 dans le programme nutritionnel thérapeutique hospitalier et 4983 soignés en ambulatoire.

Depuis novembre 2015, de nombreux réfugiés sud-soudanais et déplacés congolais sont arrivés à Doruma et Dungu, dans la province du Haut-Uélé, en raison du conflit au Soudan du Sud. A Doruma, MSF a soutenu l’unité de soins intensifs dans l’hôpital, où 10183 consultations de santé primaire ont été dispensées.

Début mai, MSF est intervenue dans les zones de santé de Pawa et Boma-Mangbetu pour répondre à un pic de paludisme. Les équipes ont fourni du matériel à deux hôpitaux, 68 centres de santé et des postes de santé en zone rurale. Les hôpitaux ont également bénéficié de formations et du soutien en ressources humaines. Au total, 29604 patients ont été pris en charge à Boma et 51882 à Pawa.

Equipe d'intervention rapide

La fréquence des urgences médicales étant élevée dans les provinces des Uélés et de l’Ituri, une unité d’intervention spéciale a été mise en place pour détecter, surveiller et mener des missions d’exploration suite aux alertes. L’équipe est capable de mobiliser une réponse dans les 48 heures. Au cours de l’année, sur 12 alertes étudiées, 5 interventions ont été lancées et 98 608 patients traités.

La maladie du sommeil en baisse

Enfin, MSF a fermé en 2014 son projet de dépistage et de prise en charge de la trypanosomiase humaine africaine (THA), communément appelée maladie du sommeil, à Dingila, dans le district du Bas Uélé. Cette décision a été prise suite à la baisse significative du nombre de nouveaux cas dans les régions de Dingila, Zobia et Ango-sud. Sur les 30 747 personnes dépistées en 2014, seules 74 cas de maladie du sommeil ont été diagnostiqués.

Mis à jour en juillet 2017 / Chiffres du Rapport d'Activité 2016

Partager
Pays d'intervention
S'abonner à la newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner