Niger

Niger, 02.09.2012
Dans six centres nutritionnels, des équipes MSF ont distribué des aliments thérapeutiques à 16 770 enfants malnutris.
© Tanya Bindra/MSF
Niger, 31.08.2012
La malnutrition et le paludisme forment un engrenage dangereux.
© Tanya Bindra/MSF
 / 2
Situation géographique
Niger
La mission en chiffres
Collaborateurs locaux:
463
Collaborateurs internationaux:
28
Budget:
CHF 12'986'000
Ce lien est?...

Soins nutritionnels et prévention du paludisme

Durant 2015, la zone de santé de Magaria, au sud du Niger, a connu un pic de malnutrition sans précèdent. MSF soutient le centre de réhabilitation nutritionnelle intensive et le service de pédiatrie de l’hôpital ainsi que sept centres nutritionnels ambulatoires. En octobre, jusqu’à 800 patients ont été accueillis pour une capacité de 600 lits. Les équipes, qui avait transféré leurs activités de soutien aux centres ambulatoires à un autre partenaire, ont été contraintes de se réengager dans ces centres en urgence. Près de 8 400 enfants ont été hospitalisés pour malnutrition aigue sévère, et plus de 5 230 enfants ont été admis en pédiatrie dont 570 nouveaux nés pris en charge en néonatologie. Par ailleurs, une campagne préventive anti-paludéenne a été effectuée auprès de 110 000 enfants. Un projet de traitement de l’eau à domicile a aussi été mené dans près de 90 villages.

C’est la deuxième année que cette combinaison thérapeutique préventive est utilisée au Niger et elle a fait la preuve de son efficacité avec des résultats très encourageants. MSF a entamé une collaboration avec les autorités afin de déployer sa distribution à l’échelle nationale. Parallèlement, l’organisation continue d’exhorter le gouvernement à améliorer la prise en charge de la malnutrition au sein des structures de santé locales.

A Zinder, MSF appuie l’hôpital national dans la prise en charge des enfants malnutris en période de pic saisonnier. Elle supervise et forme le personnel, une enveloppe financière est aussi destinée aux ressources humaines supplémentaires. Enfin, MSF assure l’approvisionnement de médicaments en cas de rupture. Grâce à cette stratégie d’intégration, le pic a été entièrement géré par les équipes du ministère de la Santé. En 2015, plus de 5 150 enfants souffrant de malnutrition aigue sévère ont été soignés dans cet hôpital ainsi que dans la structure temporaire de Charé Zamna.

Lutte contre une épidémie de méningite

En mai 2015, une grave épidémie de méningite C (la forme la plus meurtrière de la maladie) a frappé la capitale, Niamey, et provoqué l’intervention des équipes d’urgence de MSF. Les personnes présentant des complications ont été hospitalisées dans une structure de 120 lits à Lazaret. Les malades facilement soignables ont été répartis à travers dix centres de santé urbains, 1 099 patients ont été traités au total. MSF a aussi soutenu les hôpitaux de district d’Ouallam et de Filingué. L’organisation a par ailleurs soutenu 24 centres de santé intégrés dans la périphérie de Niamey afin de prendre en charge les cas simples, et référer les cas graves en ambulance. En parallèle à la prise en charge des cas, de formations et des dons de médicaments, MSF a vacciné 99 300 personnes dans la région de Dosso. Fin 2015, la situation était toujours inquiétante, de nouveaux cas de méningite C continuaient d’apparaître dans certaines zones du pays.

Assistanceaux victimes des violences de Boko Haram

La région voisine du Lac Tchad, voisine avec le sud du Niger est devenue un épicentre de la violence suite aux attaques perpétrées par le groupe Boko Haram. Plus de 210 000 personnes ont été forcées à fuir et se sont installées dans la région de Diffa, provoquant d’importants besoins humanitaires. MSF intervient dans les villages de Chetimari et Gagamari ainsi que dans le camp d’Assaga. En 2015, 17 700 consultations générales ont été dispensées ainsi que 2 320 consultations prénatales. Les équipes ont aussi mené une campagne de vaccination contre la rougeole. Un travail logistique de grande ampleur a par ailleurs été réalisé afin de construire des latrines et distribuer de l’eau potable à Koublé.

Aide aux réfugiés maliens

MSF avait apporté son soutien aux réfugiés maliens regroupés dans deux camps de la région de Tillabéry, au nord du pays. En 2013, les équipes avaient dispensé plus de 57 500 consultations, assisté 360 accouchements et vaccinés des milliers d'enfants contre la rougeole. L'organisation avait également répondu à deux épidémies de choléra. L'urgence passée, MSF a transféré ses projets à d'autres organisations.

Mis à jour en août 2016 / Chiffres du Rapport d'Activité 2015

Partager
Pays d'intervention
S'abonner à la newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner