Niger

Niger, 02.09.2012
Dans six centres nutritionnels, des équipes MSF ont distribué des aliments thérapeutiques à 16 770 enfants malnutris.
© Tanya Bindra/MSF
Niger, 31.08.2012
La malnutrition et le paludisme forment un engrenage dangereux.
© Tanya Bindra/MSF
 / 2
Situation géographique
Niger
La mission en chiffres
Collaborateurs locaux:
463
Collaborateurs internationaux:
28
Budget:
CHF 12'986'000
Ce lien est?...

Lutter contre les épidémies

Le Niger reste l’un des pays avec l’indice de développement humain le plus faible au monde. En 2016, 20 % des Nigériens souffraient d’une insécurité alimentaire chronique, phénomène amplifié par les nombreuses épidémies comme la rougeole, la méningite et le paludisme, qui ont touché le pays. Parmi ses projets au Niger, MSF s’efforce de réduire la mortalité chez les enfants de moins de cinq ans, en répondant notamment aux épidémies. En mars 2016, 84747 personnes ont été vaccinées contre la méningite et 45 982 contre la rougeole lorsque des épidémies ont éclaté à Tillaberi, Zinder et Diffa.

Assistance aux victimes des violences de Boko Haram

La région du lac Tchad au Niger continue de subir les conséquences du conflit entre Boko Haram et des différentes armées régulières présentes dans la région. Selon les autorités locales, fin 2016, il y avait plus de 240 000 réfugiés et personnes déplacées à Diffa. Environ 100 000 habitants vivent dans des conditions précaires, vulnérables à la violence et aux maladies. MSF est à Diffa depuis juin 2015 afin de fournir un accès aux soins de santé primaire. Tout au long de l’année, MSF a travaillé dans sept centres de santé dans la région et a assuré 77 570 consultations.

Soins nutritionnels et prévention du paludisme

Tous les ans, le district sanitaire de Magaria, dans le sud du Niger, est touché par un pic de malnutrition et de paludisme, entraînant une hausse du nombre de malades et de décès, en particulier chez les enfants. En 2016, MSF a continué à soutenir l’hôpital du district de Magaria et a dispensé des soins de qualité dans une unité pédiatrique et un centre d’alimentation thérapeutique. L’hôpital comptait 600 lits au plus fort de la crise. MSF a aussi soutenu 11 centres médicaux en fournissant des soins de santé primaires aux enfants de moins de cinq ans et a consolidé le système de référencement vers l’hôpital pour les cas les plus graves. Plus de 13 300 enfants ont été hospitalisés à Magaria et plus de 66 500 ont été soignés en zone rurale. Parmi les patients admis, plus de la moitié souffraient de malnutrition aigüe sévère.

Pour lutter contre le paludisme, les équipes MSF ont également organisé des campagnes préventives dans les villages et plus de 117 000 enfants dans huit zones de santé du district de Magaria ont reçu une chimio-prévention saisonnière contre le paludisme – c’est-à-dire une administration répétée d’antipaludiques à titre prophylactique. Dans le district voisin de Dungass, MSF a ouvert, pendant le pic, une unité pédiatrique sous tentes d’une capacité de 200 lits. Entre juin et décembre, 3 885 enfants ont été admis et 47 % d’entre eux souffraient de malnutrition sévère.

En décembre 2016, MSF s’est retirée du projet de Zinder après une période de transfert progressive de deux ans. Au sein de l’hôpital national et dans une structure annexe, MSF renforçait, depuis 2005, les capacités du ministère de la Santé pour le traitement de la malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans. Des soins pédiatriques d’urgence étaient également dispensés lors du pic de malnutrition et de paludisme.

Mis à jour en juillet 2017 / Chiffres du Rapport d'Activité 2016

Partager
Pays d'intervention
S'abonner à la newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner