Kirghizistan - Tuberculose résistante

Kirghizistan, 14.01.2015
MSF est la seule organisation internationale à mettre en place des programmes de prise en charge de la tuberculose résistante au Kirghizistan.
© Pierre-Yves Bernard/MSF
Kirghizistan, 14.01.2015
MSF a également développé un soutien psychosocial aux malades pour les aider à poursuivre un traitement aux effets secondaires lourds.
© Pierre-Yves Bernard/MSF
 / 2

Améliorer l’accès aux traitements antituberculeux dans la province d’Osh

Au Kirghizistan, un quart des patients diagnostiqués pour la tuberculose sont atteints d’une forme résistante de la maladie. Cela signifie qu’ils ne répondent pas aux médicaments de première ligne et nécessitent un traitement plus intensif. Cependant, dans le pays, les soins pour la tuberculose sont centralisés et se concentrent largement sur la prise en charge hospitalière. Les patients, en particulier ceux vivant dans les zones rurales, y ont difficilement accès.

MSF est la seule organisation internationale à mettre en place des programmes de prise en charge de la tuberculose résistante au Kirghizistan. A Kara-Suu, dans la province d’Osh où le taux de tuberculose est le plus élevé du pays, MSF favorise les traitements ambulatoires qui permettent aux patients de passer moins de temps à l’hôpital. Trois cliniques ambulatoires proposent à la population une détection rapide de la tuberculose, des consultations médicales ainsi qu’un soutien psychologique et social.

MSF a par ailleurs mis en place des petites cliniques pour récolter les médicaments dans les villages et accompagner les malades à prendre leur traitement chaque jour, tout en leur permettant d’être chez eux. Un rendez-vous de contrôle a lieu tous les mois pour s’assurer de l’efficacité du traitement. Une vingtaine de visites mensuelles sont également effectuées au domicile des malades qui ne peuvent se déplacer. 

MSF a également développé un soutien psychosocial qui est proposé aux malades pour les aider à poursuivre un traitement aux effets secondaires lourds. En effet, deux tiers des patients ayant précédemment reçu des médicaments antituberculeux ont développé une résistance à ces derniers en raison de l’interruption de leur traitement ou des difficultés à y adhérer. 

Traiter les patients près de chez eux a aussi permis de désengorger l’hôpital de Kara-Suu, dans le sud-ouest du pays, réservé aux cas les plus graves. Les 80 lits de l’établissement sont divisés en plusieurs secteurs : les personnes souffrant de tuberculose ultra résistante disposent d’un hall séparé. Des travaux ont aussi été effectués afin de permettre le contrôle des infections, notamment grâce à des systèmes d’aération et des lampes UV qui tuent le bacille. MSF a également apporté son soutien à la pharmacie ainsi qu’au laboratoire de l’hôpital, les équipes ont en outre géré les systèmes d’eau, l’assainissement et l’hygiène de l’établissement.

Réplication du modèle de décentralisation des soins

L’accent a également été mis sur la formation théorique et pratique du personnel de santé kirghize. MSF souhaite que la décentralisation des soins, qui a prouvé son efficacité et s’est révélée moins coûteuse, soit répliquée dans d’autres régions du pays. Le travail de plaidoyer a été effectué au niveau national pour l’adoption de ce modèle innovant a porté ses fruits. Cette approche décentralisée est devenue une stratégie clé du ministère de la Santé pour les années à venir.

Huit ans aux cotés des prisonniers de Bichkek

Le projet de diagnostic et de prise en charge de la tuberculose dans une prison de Bichkek, géré par MSF depuis 2006, a été remis en 2014 au Comité International de la Croix-Rouge, au ministère de la Santé ainsi qu’aux autorités pénitentiaires kirghizes. En effet, les progrès réalisés dans la prise en charge de cette maladie en prison justifiaient pleinement le retrait de MSF. En huit ans d’intervention, MSF a suivi plus de 3 000 patients.

Mis à jour en août 2016 / Chiffres du Rapport d'Activité 2015

Partager
Pays d'intervention
S'abonner à la newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner