Santé mentale

Lamno, Sumatra, Indonésie, 01.01.2005
Programme de santé mentale après le tsunami. Lamno, Sumatra, Indonésie.

Un patient sur quatre

On estime qu’un patient sur quatre qui consulte un service médical est atteint d’un trouble mental, neurologique ou comportemental ; et la plupart du temps, ces troubles ne sont ni diagnostiqués, ni traités.

L’importance des troubles de la santé mentale au niveau mondial a été fortement sous-estimée, en particulier dans les pays en voie de développement. La violence, les atteintes aux droits de l’homme, la pauvreté, l’inégalité entre les hommes et les femmes et le faible niveau d’instruction exacerbent les troubles psychiques.

Ensemble de soins de base

MSF a intégré des soins de santé mentale dans l’ensemble des soins de base pour les victimes de violence, en particulier à caractère sexuel. Ces soins de santé mentale font également partie de l’ensemble des soins médicaux offerts aux patients réfugiés ou déplacés à l’intérieur de leur territoire, ou encore qui souffrent de maladies chroniques telles que le VIH/SIDA et la tuberculose. MSF élabore des programmes de santé mentale pour les victimes de catastrophes naturelles et dans d’autres situations où ils sont considérés comme nécessaires.

Dans le cadre des actions de MSF, des conseillers, des psychologues, des médecins et des psychiatres dispensent des soins psychologiques et des médicaments permettant de traiter les états psychiques des plus courants jusqu’au plus invalidants. Des traitements d’un bon rapport coût-efficacité existent pour la plupart des troubles, et, s’ils sont correctement suivis, ils peuvent permettre aux personnes affectées de s’insérer pleinement dans la société.

Évaluer les besoins et l’impact

Avant de débuter un programme de santé mentale, MSF évalue les indicateurs pertinents, tels que la prévalence de problèmes de santé mentale spécifiques, notamment : les troubles mentaux communs, les troubles liés à la toxicomanie, les maladies mentales graves et les troubles mentaux des enfants et des adolescents. La disponibilité ou le manque de traitement adapté est un facteur que MSF prend en compte avant d’intervenir. C’est ce qu’on appelle le « défaut de traitement en santé mentale ».

MSF a documenté l’impact du traitement des troubles mentaux dans ses projets, notamment au Soudan, au Honduras et aux Philippines. Ce traitement a permis de réduire l’effet invalidant de ces troubles et d’améliorer la qualité de vie des patients.

Principale cause d’invalidité

Au niveau mondial, la dépression est la 4e cause principale d’invalidité (l’invalidité est mesurée par le nombre d’années vécues avec un état invalidant). D’ici 2020, elle pourrait devenir la deuxième cause principale d’invalidité. Pour montrer combien les troubles mentaux sont considérés comme invalidants : le fait de vivre avec un problème de santé mentale est jugé aussi invalidant que d’être aveugle ou paraplégique ; et le fait de vivre avec une psychose est considéré comme aussi gravement invalidant que d’être paraplégique ou tétraplégique. La plupart des états de santé mentale sont curables, malgré l’absence de traitements efficaces dans la plupart des régions d’activité de MSF.

Partager
Pays d'intervention
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner