Méningite

Niger, 08.05.2015
La mortalité, qui est d'environ 10 à 15% si un traitement est instauré, atteint entre 80 et 100% en l'absence de traitement.

Quelles sont les symptômes de la méningite?

La méningite à méningocoque touche principalement l'enfant, l'adolescent et le jeune adulte. Après une incubation de quatre jours en moyenne, la méningite se manifeste par des maux de tête, une fièvre élevée, des nausées, vomissements, une intolérance à la lumière, une raideur de la nuque, et parfois un coma ou un choc septique.

Chez l'enfant de moins d'un an, la méningite se présente de façon moins évidente, avec des troubles digestifs, un refus de nourriture, une apathie ou des cris anormaux, une diminution du tonus musculaire, des convulsions et un bombement de la fontanelle (espace entre les os du crâne du petit enfant).
Dans les formes graves, l'infection se propage dans la circulation sanguine et atteint le cerveau.

La mortalité, qui est d'environ 10 à 15% si un traitement est instauré, atteint entre 80 et 100% en l'absence de traitement. De plus, les séquelles neurologiques graves sont fréquentes. Près de 20% des patients développent une surdité, une paralysie, un retard mental ou une épilepsie. Les troubles moteurs légers et les difficultés scolaires sont fréquents.

Quelles sont les voies de transmission de la maladie?

L'infection est transmise par l'homme à travers des gouttelettes de salive. Le malade atteint de méningite est contagieux mais la transmission en cas d'épidémie se fait essentiellement par les porteurs sains, c’est-à-dire des personnes qui sont porteurs de la bactérie sans en développer les symptômes.

Une immunité défaillante et un endommagement de l’appareil respiratoire sont les facteurs qui favorisent le développement de la maladie. Les grandes épidémies de méningite se propagent donc le plus souvent entre le mois de décembre et le mois de juin, qui constituent la saison sèche dans la région qui va du Sénégal à l’Ethiopie. Le vent, la poussière et les basses températures nocturnes s’accompagnent de nombreuses infections de l’appareil respiratoire, terrain propice au développement de méningites. De plus, la promiscuité lors des grands rassemblements que sont les marchés favorise sa propagation.

Comment peut-on prévenir et traiter la méningite?

Des vaccins anti-méningococciques sont disponibles depuis plus de 30 ans, et de nouveaux vaccins conjugués particulièrement efficaces ont été développés en 2010. Les épidémies peuvent donc être évitées grâce à des campagnes de vaccination préventives à large échelle, mais les vaccins ne sont pas toujours disponibles en quantité suffisantes sur le marché mondial et ils représentent un coût trop élevé pour de nombreux pays (d’autant qu’ils ne sont efficaces que quelques années et doivent être renouvelés). La vaccination est également une des réponses à apporter en cas d’épidémie, en parallèle de la prise en charge. Depuis le vaccin conjugé anti-méningocoque A, les souches de la méningite semblent évoluer, avec l’apparition en 2015 d’une grande épidémie à méningocoque C au Niger. En un mois, l’épidémie a fait plus de 6000 malades, alors que les épidémies de cette souche n’étaient pas aussi importantes auparavant. MSF est intervenue en urgence à Niamey et a pris en charge 1000 patients sur cette même période.

Le traitement de la méningite repose sur l'administration d'antibiotiques le plus rapidement possible. L’hospitalisation doit se faire en urgence car le décès peut survenir quelques heures seulement après l’apparition des symptômes, notamment en cas de coma et ou de convulsions. En revanche, l’isolement des patients n’est pas nécessaire pendant la prise en charge.

MSF intervient régulièrement pour répondre aux épidémies de méningite. En 2013, différentes équipes ont vacciné plus de 162 400 personnes et traité plus de 1750 patients. Depuis quelques années, les ministères de la Santé et l’OMS ont assurent la plupart des campagnes de vaccinations (sérotype A conjugé) assurant ainsi une bonne couverture vaccinale contre la souche A.

Partager
Pays d'intervention
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner