13.02.2012 - RD Congo

Le virus du terrain

Ce qui m’a motivé à renoncer à un super job, un magnifique appartement et ma vie sociale pour travailler dans un pays où les mouches tsé-tsé et les groupes rebelles appartiennent aux dangers quotidiens?
Genève, 18.02.2012
Si je me réjouis? Et comment! J'ai hâte de sentir la chaleur tropicale. Je suis heureuse d’échapper à mon microcosme suisse pour me plonger dans un microcosme inconnu.
Situation géographique
RD Congo
Ce lien est?...
Auteur
Irene Mazza

Irene Mazza effectue sa première mission avec MSF à Dingila, un village isolé dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC) touché par la maladie du sommeil. Cette infirmière originaire de Bienne a travaillé comme traductrice et éditrice au siège suisse de MSF. C’est là qu’elle a attrapé le virus du terrain.

Franchement, je ne sais pas. C’est très probablement le désir de faire partie d’un ensemble plus vaste. Faire partie d’une organisation qui n’appartient à aucun système, qui est autonome et fonctionne indépendamment des impératifs économiques, politiques ou religieux. Pour moi, c’est ça, MSF.

Je n’avais aussi pas le choix: Si vous restez longtemps au siège suisse de MSF et que vous traduisez et éditez quotidiennement des récits provenant du terrain, il arrive inévitablement un moment où vous voulez à tout prix y aller vous-même.

Quand j’ai découvert il ya un mois que j’allais travailler dans un projet médical dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), je dois admettre que j’ai eu des sentiments mitigés. J’étais certes soulagée de ne pas être envoyée dans le froid kirghize. Mais je n’avais entendu que des choses peu positives sur la RDC. Chacun sait que le pays a un triste passé dominé par la violence.

Dans l'indice mondial de prospérité, la RDC arrive en dernière position. En même temps, c’est un beau pays riche en ressources naturelles. De grandes parties du Congo sont couvertes par la forêt vierge et la biodiversité y est impressionnante. Le Congo constitue le cœur de l’Afrique mais il agit aussi du poumon du continent.

Je vais travailler dans un des projets de prévention et de traitement de la maladie du sommeil. Cette maladie parasitaire transmise par la mouche tsé-tsé, si elle n'est pas traitée, est fatale. Des millions de personnes en Afrique centrale sont touchés par cette maladie et des millions en sont déjà morts. Cependant, la recherche ne s’intéresse guère au développement de thérapies plus efficaces car cela ne permet pas de gagner des millions.

Ce qui me fait le plus peur? Ce ne sont ni les rebelles qui sèment la panique dans la jungle, ni les mines qui sont encore répandues dans le nord-est de la RDC mais les moustiques, les mouches tsé-tsé et les autres insectes suceurs de sang. Il faut toujours être sur le qui-vive. Dormir sous des moustiquaires, s’enduire d’anti-moustique, avaler chaque jour des comprimés contre le paludisme, ne pas se tenir près de l’eau et se couvrir avec des vêtements longs plutôt clairs parce que la mouche tsé-tsé raffole apparemment du noir et du bleu. Il y a une sorte de moustiques qui préfère piquer à la lumière du jour et une autre qui est surtout active entre le crépuscule et l’aube. Ça promet!

Si je me réjouis? Et comment! J'ai hâte de sentir la chaleur tropicale. Je suis heureuse d’échapper à mon microcosme suisse pour me plonger dans un microcosme inconnu. Je suis impatiente de vivre et de travailler avec une équipe internationale venue de tous les horizons dont le seul dénominateur commun est la maîtrise du français. Comme dans une émission de téléréalité mais à la différence que MSF n'est pas au Congo pour divertir les gens mais pour sauver des vies.

Quoi qu'il en soit, je suis prête: Les cartons de déménagement sont rangés, mon sac à dos est prêt, j’ai fait tous mes vaccins, évacué les effets secondaires par les pores, j’ai pris un dernier bain à bulles et versé les dernières larmes d’adieu. Kwaheere Suisse - au revoir - en été, je serai de nouveau là, promis.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner