20.10.2009 - Yémen

Yémen: L’hôpital de Razeh touché par les combats, MSF demande le respect des structures de santé

Sanaa/Genève, 20 Octobre 2009 - Alors que la guerre dure depuis plus de deux mois dans le nord du Yémen, un des derniers hôpitaux fonctionnels du gouvernorat de Saada a été touché par les combats et vient d’arrêter ses activités. Il est urgent de mettre en place un hôpital dans une zone où les conditions de sécurité permettent l’accès des patients. MSF est prête à redémarrer ses activités médicales dans le gouvernorat.
Yémen, 18.10.2010
Yémen, 18.10.2010
Ce lien est?...

La nuit de jeudi 15 à vendredi 16 octobre, l’hôpital de Razeh, dans le gouvernorat de Saada, a été touché par plusieurs tirs de roquette. L’ensemble du personnel soignant et des patients a été contraint de quitter l’hôpital vendredi dernier, alors que de nombreux blessés nécessitaient une prise en charge médicale. La veille, dix blessés de guerre dont six enfants et deux femmes avaient été admis à l’hôpital de la ville.

Médecins Sans Frontières (MSF) réitère sa demande aux parties au conflit de garantir le respect des structures médicales et de faciliter l’accès des patients aux hôpitaux.

Depuis fin 2007, MSF a travaillé en collaboration avec le ministère de la Santé dans deux hôpitaux du gouvernorat de Saada, à Al Talh et Razeh, en fournissant des soins médicaux et chirurgicaux gratuits. Ces activités, qui avaient pu être maintenues malgré de nombreuses difficultés grâce à l’accord donné par les deux parties au conflit, sont aujourd’hui interrompues faute de conditions de sécurité minimales.

Depuis le début du conflit le 11 août dernier, et jusqu’à l’arrêt des activités à Al Talh (le 27 septembre) et à Razeh (le 16 octobre), les équipes médicales de MSF et du Ministère de la Santé yéménite ont effectué dans ces deux hôpitaux plus de 2000 consultations d’urgence, 195 interventions chirurgicales dont 70% de blessés de guerre, 330 hospitalisations et plus de 130 accouchements. L’arrêt des soins dans ces deux hôpitaux est d’autant plus grave qu’il s’agissait des dernières structures de soins secondaires encore opérationnelles dans le gouvernorat, en dehors de la ville de Saada.

« Après plus de deux mois ininterrompus d’intenses combats, les besoins médicaux et chirurgicaux dans la région de Saada sont élevés mais il n’y a plus de structure médicale accessible à une grande partie de la population » a affirmé depuis Paris le Dr Isabelle Defourny, responsable des programmes MSF au Yémen. « Il est urgent de mettre en place un hôpital dans une zone où les conditions de sécurité permettent l’accès des patients ».

Ces conditions sont aujourd’hui réunies à Mandabah (districtde Baqim), au nord du gouvernorat, où de nombreuses personnes se sont regroupées pour fuir les combats. Des équipes de Médecins Sans Frontières y ont mené des évaluations depuis la fin du mois d’août et jugent prioritaire d’y installer rapidement un hôpital.

Des équipes médicales et chirurgicales de MSF se trouvent à Sanaa, prêtes à intervenir. MSF attend l’autorisation des autorités pour établir dans les plus brefs délais un hôpital à Mandabah.

Entre Janvier et Août 2009 les équipes MSF ont effectué 30 000 consultations dont 8000 consultations d’urgence, 1 450 hospitalisations et 720 interventions chirurgicales – dont une centaine liées aux combats – dans les hôpitaux de Razeh et Al Talh.

Thématiques liées
Yémen
Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner