16.12.2009 - Suisse

Suisse: MSF transmet Meditrina, son projet de soins de santé, à la Croix-Rouge de Zurich

Zurich, 16 décembre 2009 - Le 1er janvier 2010, les équipes de la Croix-Rouge du Canton de Zurich prendront en main un projet de soins aux Sans-papiers. Ce dernier, appelé Méditrina, fut ouvert par MSF à Zurich en janvier 2006, l’organisation ayant constaté une situation d’urgence sanitaire chez les migrants sans-papiers. Le centre Méditrina a offert plus de 3400 consultations depuis son ouverture à des Sans-papiers, mais aussi à de nombreuses personnes ayant des difficultés à accéder au système de santé.
20091216 suisse meditrina1
© MSF
20091216 suisse meditrina2
© MSF
20091216 suisse meditrina3
© MSF
© MSF
© MSF
 / 5
Ce lien est?...

Les équipes de la Croix-Rouge auront pour tâche de faire passer ce projet de son statut « pionnier » à un fonctionnement stable et durable. « MSF, organisation médicale humanitaire internationale, n’a pas vocation à mener des projets à long terme. Après avoir lancé et établi un projet solide, nous souhaitions le transférer à une organisation de confiance qui puisse le prendre en charge à plus longue échéance. La Croix-Rouge de Zurich était le partenaire idéal », explique Antoine Chaix, vice-président de la section suisse de Médecins Sans Frontières.

Un projet en phase avec la mission de la Croix-Rouge

Méditrina correspond à la mission de la Croix-Rouge de Zurich à destination des plus vulnérables, à la croisée de ses deux axes de travail, santé et migration/asile. « Méditrina est un projet que nous sommes très heureux de reprendre, car le maintien de nos services sur la durée est une de nos forces », explique Annalis Knoepfel-Christoffel, directrice générale de la Croix-Rouge de Zurich.   

Un endroit de confiance

Selon des estimations, de 9000 à 12'000 sans-papiers vivraient dans l’agglomération de Zurich. En théorie, les membres de cette population devraient avoir accès aux structures de santé du canton de Zurich. Mais la réalité est toute autre. A la barrière financière liée à leurs revenus souvent faibles, s’ajoute la crainte d’être identifiés par les autorités et de risquer une expulsion du pays. « J’ai peur, si je me rends dans un hôpital, que le personnel appelle la police parce que je suis illégale. Même si j’y étais soignée, je serai déportée dans mon pays », affirme B., Brésilienne de 31 ans et patiente de Méditrina.

Une majorité de patients sans papiers

La moitié des visiteurs de Méditrina se déclarent spontanément comme étant des migrants sans-papiers, mais le centre a également vu affluer des personnes autorisées à vivre en Suisse mais qui ne savent pas qu’elles peuvent avoir accès au système de santé ou éprouvent des difficultés à se procurer une assurance santé, pourtant obligatoire. Elles représentent aujourd’hui environ un tiers des patients de Méditrina. Pour ces dernières, le service SOS Consulting de la Croix-Rouge de Zurich prendra le relais pour les référer vers la juste porte d’entrée et Méditrina se concentrera à l’avenir sur l’assistance aux Sans-Papiers.

Soins gratuits et consultations confidentielles

Situé dorénavant dans les locaux de la Croix-Rouge de Zurich, le centre Méditrina est ouvert trois jours par semaine. Il offre des consultations gratuites et oriente ses patients vers un réseau d’une cinquantaine de médecins et de spécialistes ainsi que vers certains services hospitaliers qui acceptent de les recevoir à des tarifs abordables et en toute confidentialité. Les statistiques établies par MSF montrent que la plupart souffrent de pathologies ordinaires (infections respiratoires, problèmes gastro-intestinaux, dentaires ou dermatologiques). Certains d’entre eux présentent des troubles psychologiques, souvent liés à leurs conditions de vie d’exilés.

Méditrina permet enfin de mener une politique de prévention pour ces populations vulnérables et de prendre en charge des personnes souffrant d’infections chroniques et nécessitant un traitement à long terme, comme le VIH/sida ou la tuberculose, démontrant ainsi son utilité dans le domaine de la santé publique.

L’accès aux soins : un droit de l’homme

« Il reste beaucoup à faire, dans les esprits et sur le plan légal, pour que chacun, quelque soit son statut, ait un accès libre à des soins de santé, qui est un des droits de l’homme fondamentaux, d’ailleurs mentionné dans la Constitution suisse. En attendant, Méditrina répond à un besoin clair de ces populations défavorisées et la reprise de nos activités par la Croix Rouge de Zurich est le signe qu’elles continueront à recevoir des soins de santé de qualité », explique Daniel Spirgi, chef de mission de Médecins Sans Frontières. « Notre objectif à long terme est que Méditrina devienne obsolète, car le droit à un traitement médical est généralement accepté dans la société », affirme Annalis Knoepfel-Christoffel.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner