05.07.2012 - Inde

Rejet de l’ACTA: une bonne nouvelle pour l’accès aux médicaments génériques

MSF salue le vote des députés européens contre l’accord commercial anti-contrefaçon (ACTA).
Cameroun, 09.02.2012
«Nous sommes soulagés que le Parlement européen ait enterré l’ACTA»
Ce lien est?...

Mercredi 4 juillet 2012, les membres du Parlement européen ont rejeté l’accord commercial anti-contrefaçon (ACTA), un objet qui avait été soumis au vote des députés par la Commission européenne. L’organisation médicale humanitaire internationale MSF a salué le refus d’un accord qui aurait pu limiter l’accès aux médicaments génériques de qualité.

«Nous sommes soulagés que le Parlement européen ait enterré l’ACTA», a déclaré Aziz ur Rehman, conseiller en matière de propriété intellectuelle pour la Campagne d’accès aux médicaments essentiels de MSF. «De la façon dont il a été écrit, l’ACTA aurait donné un avantage injuste aux médicaments brevetés et aurait restreint l’accès aux médicaments génériques à des prix abordables au détriment des patients et des fournisseurs de traitement.»

Définition trop large de la contrefaçon

ACTA était censé protéger contre la contrefaçon dans un certain nombre de domaines, y compris l’industrie pharmaceutique, où il a été présenté comme un moyen de bloquer des médicaments contrefaits potentiellement nocifs. MSF soutient fermement les efforts pour faire en sorte que les médicaments génériques répondent aux normes internationales. Mais la définition trop large de la «contrefaçon» dans l’ACTA ainsi que ses dispositions d’exécution excessives laissaient trop de marge d’erreur. Des médicaments génériques légitimement produits auraient pu être saisis et retenus, ce qui aurait entravé l’accès pour les personnes dépendant de ces médicaments pour leur survie.

Les dispositions strictes de l’ACTA auraient également ciblé des tiers, y compris les fournisseurs de soins comme MSF, en les exposant au risque de poursuites pour des violations présumées des marques et des brevets.

Négociations avec l’Inde

Après le rejet de l’ACTA, la Commission européenne devrait revoir les dispositions de propriété intellectuelles tout aussi nuisibles contenus dans d’autres accords, y compris dans les négociations de libre-échange. Une telle négociation est en cours avec l’Inde. Souvent surnommé «la pharmacie du monde en développement, l’Inde est l’un des principaux exportateurs mondiaux de médicaments génériques.

«Le commissaire européen au commerce Karel de Gucht devrait en tenir compte: le vote sur l’ACTA a montré que ces politiques néfastes sont inacceptables pour les parlementaires européens et certains Etats membres de l’Union européenne. La Commission devrait repenser son approche sur les mesures d’exécution de propriété intellectuelle dans les accords de libre-échange et dans d’autres accords», conclut M. ur Rehman.

Thématiques liées
Inde, Pharmacie
Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner