08.03.2012 - Somalie

Mortalité maternelle: un drame évitable

MSF plaide pour des approches médicales permettant d’éviter la mortalité maternelle dans des contextes de crises humanitaires.
RD Congo, 01.06.2009
Chaque jour, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 1 000 femmes meurent en accouchant ou des suites de complications liées à la grossesse.

A l’occasion de la journée internationale des femmes, l’organisation médicale humanitaire Médecins Sans Frontières (MSF) constate que le nombre de femmes mourant en couches reste élevé, et ce alors que ces décès pourraient être facilement évités. Dans un rapport intitulé « Maternal death: the avoidable crisis», MSF montre comment des soins obstétricaux d’urgence dispensés dans des situations de crises humanitaires peuvent avoir un impact direct et sauver des vies.

Après des années dédiées au développement de programmes de prise en charge des femmes enceintes, MSF constate une pénurie de soins obstétricaux d’urgence dans un grand nombre de pays. Le rapport revient sur la nécessité de mettre en place des programmes adéquats, particulièrement en ce qui concerne la prise en charge des complications obstétricales et prend l’exemple de 12 contextes différents dans lesquels MSF a développé ce type d’activité comme au Pakistan, en Somalie, au Sud-Soudan ou encore en Haïti.

1000 décès chaque jour

«Dans le monde, 15% des grossesses présentent à tout moment un risque de complication pouvant entraîner la mort», précise Kara Blackburn, en charge de la santé des femmes à MSF. «Ces femmes doivent avoir accès à des soins obstétricaux de qualité, qu’elles vivent à Sydney, Port-au-Prince ou Mogadiscio. Cette réalité est la même partout, de l’hôpital moderne d’une grande ville à une zone de conflit en passant par un camp de réfugiés ou sous un abri après un tremblement de terre.»

Chaque jour, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 1 000 femmes meurent en accouchant ou des suites de complications liées à la grossesse. Il serait pourtant facile d’éviter leur décès, ainsi que celui de leurs nouveaux nés, notamment en favorisant la formation de personnel spécialisé et l’accès à des équipements ainsi qu’à du matériel médical approprié.

Soins obstétricaux dans près de 30 pays

Donner naissance reste un événement très délicat dans la vie d’une femme. La majorité des décès maternels interviennent juste avant, pendant ou après l’accouchement, souvent du fait de complications imprévisibles. En situation de crise, MSF tente d’avoir un réel impact sur la mortalité maternelle. Cela passe notamment par le développement massif d’une capacité technique et logistique en vue d’offrir des soins obstétricaux d’urgence gratuits.

«Il est tragique de voir autant de femmes mourir en accouchant, alors que nous savons que proposer des soins de qualité au moment de l’accouchement peut avoir un réel impact», continue Kara Blackburn. «Il faut toujours se rappeler qu’un décès maternel est un drame facilement évitable.»

MSF fournit des soins obstétricaux dans près de 30 pays. En 2010, plus de 150 000 bébés sont nés dans nos projets.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner