03.03.2014 - RD Congo

L’urgence au quotidien : souffrance silencieuse en RDC

MSF publie un rapport sur la situation humanitaire choquante dans l’est de la RDC.
RD Congo, 20.09.2013
Un bureau MSF incendié durant les combats à Kitchanga en septembre 2013. Province du Nord-Kivu, RDC.

La République démocratique du Congo (RDC) est confrontée à une situation de crise. Depuis deux décennies, le conflit persistant dans les provinces de l’est du pays, l’instabilité dans les autres régions et le dysfonctionnement du système de santé ont provoqué des crises humanitaires récurrentes et des épidémies.

Dans un rapport publié aujourd’hui, l’organisation humanitaire médicale Médecins Sans Frontières (MSF) se sert de données médicales, de témoignages de patients et d’employés pour dévoiler la véritable nature de l’urgence médicale et humanitaire que vit la population de la RDC – particulièrement dans les provinces de l’est du pays qui sont touchées par le conflit, un des endroits où œuvre MSF. L’organisation demande une action immédiate afin de mettre un terme à la souffrance persistante de ces populations.

Privés d’accès aux soins dans une zone de guerre

Dans son rapport «L’urgence au quotidien: souffrance silencieuse en République démocratique du Congo», MSF conclut que de nombreuses personnes qui ont besoin d’aide humanitaire dans le pays n’y ont pas accès. De nombreuses communautés sont privées de soins médicaux en raison de la précarité des infrastructures, des déplacements et du conflit. Les organisations humanitaires et l’État ne fournissent pas d’aide adéquate dans les zones rurales et touchées par le conflit. En même temps, la violence à l'encontre des civils, du personnel médical et des biens est monnaie courante, et les prestataires de soins médicaux sont régulièrement forcés d’interrompre leurs activités, laissant les personnes privées de soins alors que leurs besoins sont urgents.

MSF a également constaté que de nombreuses personnes vulnérables dans les provinces de l’est de la RDC touchées par le conflit sont exclues du système de santé à cause du système de recouvrement des coûts des soins de santé imposé par les structures sanitaires officielles et les ONG. En théorie, le système de santé national garantit la gratuité des soins en situation d’urgence, mais les gens sont contraints de payer, même s'ils vivent dans une zone de guerre.

«L’infrastructure et le système de santé fonctionnent à peine, le conflit en cours et le manque de respect à l’endroit des agents de santé et des travailleurs humanitaires, la généralisation du système de recouvrement des coûts qui exige des patients de payer leurs frais de santé, même en situation de crise… Tous ces facteurs ont eu des répercussions catastrophiques sur la santé des populations vivant dans l’est de la RDC», raconte Annemarie Loof, responsable des opérations pour MSF.

Le système de santé n’est pas en mesure de prévenir ou de répondre aux épidémies

Quant aux 2,96 millions de personnes actuellement déplacées en RDC – et en particulier le grand nombre de déplacés «invisibles» qui vivent avec des familles d’accueil ou qui se dissimulent dans la brousse – leur situation est épouvantable. Ces personnes reçoivent peu ou pas d’aide humanitaire et lorsqu’elles la reçoivent, cette aide est irrégulière et peu fréquente. En attendant, les travailleurs humanitaires se sentent de plus en plus obligés d'acheminer de l'aide dans certaines zones «libérées» afin de stabiliser les zones touchées par le conflit et de renforcer l’autorité de l’État.

«Des épidémies de rougeole, de paludisme ou de choléra se déclarent chaque année dans l’est de la RDC. Mais dans la plupart des cas, le système de santé n’est pas en mesure de les prévenir ou de réagir adéquatement», affirme le Dr Jatinder Singh, coordonnateur médical de MSF en RDC. «De ce fait, de nombreuses personnes souffrent et meurent, et le drame, c’est que tant de souffrances humaines pourraient être évitées».

Des mesures immédiates pour éviter les souffrances de la population congolaise

MSF appelle à la prise de mesures immédiates pour mettre un terme à ces souffrances endurées depuis trop longtemps. L’organisation demande aux groupes armés de respecter les civils, les travailleurs humanitaires et les installations médicales, et elle réclame une aide humanitaire rapide, flexible, appropriée et organisée en fonction des besoins réels des populations, plutôt que de leur localisation ou de toute motivation politique. Elle demande la suppression des obstacles financiers aux soins de santé pour les populations vulnérables dans les provinces de l’est de la RDC touchées par le conflit, ainsi que des améliorations des systèmes de prévention des maladies et d’intervention en cas d’épidémie.

MSF mène des interventions d’urgence, des campagnes de vaccination et des programmes réguliers dans toutes les provinces de la RDC depuis 1981.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner