11.07.2013 - République centrafricaine

La République centrafricaine abandonnée à son sort?

MSF appelle la communauté internationale à répondre aux besoins médicaux et humanitaires urgents des Centrafricains.
République centrafricaine, 29.05.2013
Sur la totalité des fonds demandés en mars 2013 par les agences onusiennes et les ONG pour faire face à la crise actuelle en RCA, seuls 31% ont été alloués.

Trois mois après la prise de pouvoir de la coalition des groupes armés de la Seleka, la République centrafricaine (RCA) est en proie à une crise humanitaire. L’organisation médicale internationale Médecins Sans Frontières (MSF) dénonce l’indifférence de la communauté internationale.

Depuis le coup d’Etat, la RCA est plongée dans le chaos et le pays demeure politiquement instable. Invoquant le manque de sécurité, les agences des Nations Unies et de nombreuses organisations non-gouvernementales se sont retirées de la capitale, laissant la majorité du pays sans aide. Selon un rapport publié le 9 juillet par MSF, la population centrafricaine a été abandonnée au moment où elle a le plus besoin d’aide.

Recrudescence du paludisme

Lors de l’offensive de la Seleka, les hôpitaux et centres de santé ont été pillés et le personnel médical s’est enfui. Sans médecins, médicaments ou matériel médical, la majorité des Centrafricains n’a plus accès aux soins de santé. Avant même le coup d’Etat, le pays était déjà en crise et les taux de mortalité étaient nettement supérieurs au seuil d’urgence dans plusieurs régions.

Aujourd’hui, la malnutrition et les maladies qu’il est pourtant possible de prévenir sont courantes et le paludisme est la principale cause de décès. Cette année, les équipes MSF constatent un nombre alarmant de cas de paludisme, 33% plus élevé que l’an dernier à la même période. “Nous sommes confrontés à l’une des pires années en termes d’impact de la maladie”, déclare Ellen van der Velden, chef de mission MSF en RCA.

Comme un certain nombre d’agences des Nations Unies et d’ONG, MSF a été victime de pillages et de braquages. Malgré cela, notre organisation a continué à mener neuf programmes médicaux en RCA, tout en étendant son intervention dans d’autres zones du pays. Cependant, l’ampleur des besoins de la population est telle qu’il faut de toute urgence davantage d’aide.

Manque de fonds

Le financement est problématique. Sur la totalité des fonds demandés en mars 2013 par les agences onusiennes et les ONG pour faire face à la crise actuelle en RCA, seuls 31% ont été alloués.

MSF appelle la communauté internationale, y compris les Nations Unies, l’Union européenne et l’Union Africaine, à remettre la RCA dans leurs priorités et à soutenir ce pays fragile. Malgré la situation politique et sécuritaire, MSF appelle également la communauté humanitaire à poursuivre son engagement en RCA. Des ressources suffisantes doivent être allouées pour répondre à la crise humanitaire et médicale qui touche le pays.

Enfin, MSF appelle le Gouvernement centrafricain de transition à s’engager à répondre aux besoins urgents de la population et à garantir les conditions de sécurité qui permettront aux organisations humanitaires de fournir une assistance dans tout le pays.

Les activités de MSF en RCA

MSF travaille en République centrafricaine depuis 1996 et mène actuellement des projets à Batangafo, Boguila, Bossangoa, Bria, Carnot, Kabo, Ndélé, Paoua et Zémio.

Thématiques liées
République centrafricaine
Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner