01.04.2014 - Grèce

Centre de détention pour migrants: «une responsabilité commune et une honte partagée»

La détention systématique et prolongée des migrants et des demandeurs d’asile en Grèce a des conséquences désastreuses sur leur santé et leur dignité humaine, a indiqué aujourd’hui l’organisation humanitaire médicale internationale MSF.
Grèce, 31.03.2014
« Malgré nos appels répétés pour une amélioration des conditions de détention et un meilleur accès aux soins de santé, peu de choses ont changé.»

A l’heure où la Grèce assure la présidence du Conseil de l’Union européenne (UE), Médecins Sans Frontières (MSF) demande au gouvernement grec et à l’UE de cesser de fermer les yeux sur des pratiques qui sont inacceptables et qui ont des répercussions dramatiques, tant sur le plan médical que humanitaire.

Depuis 2008, MSF dispense des soins médicaux et psychosociaux, en toute indépendance, dans les centres de détention grecs. Dans un rapport intitulé «Invisible Suffering» publié aujourd’hui, l’organisation met en lumière l’impact de la détention sur la santé physique et mentale des migrants. Le rapport souligne également les lacunes en matière de soins de santé ainsi que l’absence de suivi médical dans les centres, qui ont pour résultat d’exclure certaines personnes gravement malades et d’en contraindre d’autres à interrompre leur traitement.

«Malgré nos appels, la situation continue de se dégrader»

«Au cours des six dernières années, nous avons assuré plus de 9500 consultations médicales à l’intérieur des centres de détention et des postes de police où les migrants et demandeurs d’asile sont détenus», explique le Dr Apostolos Veizis, chef de mission de MSF en Grèce. «Malgré nos appels répétés pour une amélioration des conditions de détention et un meilleur accès aux soins de santé, peu de choses ont changé. En général, la situation continue même de se dégrader.»

Depuis que la police grecque a lancé l’opération «Xenios Zeus» en 2012, le nombre de migrants sans papiers et de demandeurs d’asile maintenus en détention administrative a explosé. Parallèlement, la capacité des centres de détention a connu une augmentation de 4500 places avec la création de cinq «centres de pré-éloignement», tandis que la durée de détention maximale, d’une durée de 18 mois, est aujourd’hui appliquée de manière systématique. Ceci alors que les conditions sanitaires et la fourniture de services de base dans les centres restent largement inacceptables.

Des conditions inacceptables dans les lieux de détention

Même les groupes particulièrement vulnérables – comme les mineurs, les victimes de torture et les personnes souffrant d’une maladie chronique ou d’un handicap – sont soumis à une détention prolongée. Les migrants et demandeurs d’asile sont également détenus dans des postes de police, où les conditions sont encore plus déplorables et où ils sont privés de tout accès à l’air libre pendant plusieurs mois – parfois jusqu’à 17 mois.

Les lieux de détention sont caractérisés par une surpopulation, un chauffage inadéquat, de l’eau chaude insuffisante, une mauvaise ventilation, un manque d’accès aux espaces extérieurs ainsi qu’une mauvaise alimentation. Ces facteurs contribuent à l’émergence et à la propagation de maladies respiratoires, gastro-intestinales, dermatologiques, musculaires et osseuses parmi les migrants. La détention affecte aussi leur santé mentale: la plupart souffrent de stress, de frustration, de dépression ou de troubles psychosomatiques. Sans surprise, les grèves de la faim, automutilations et tentatives de suicides ne sont pas rares.

MSF exhorte les autorités grecques à honorer leur engagement et l’UE à prendre ses responsabilités

Les autorités grecques se sont finalement engagées à assurer les services médicaux dans les centres de détention pour migrants. C’est pourquoi MSF mettra un terme cette semaine à ses activités médicales dans les centres du nord du pays. MSF exhorte cependant les autorités grecques à honorer leur engagement et à garantir un accès élargi et ininterrompu aux soins de santé pour les migrants et demandeurs d’asile.

«Les autres États membres de l’UE et les institutions européennes ne peuvent continuer à fuir leurs responsabilités», affirme Ioanna Kotsioni, conseillère pour MSF en matière de migration. «Aujourd’hui, l’Union pousse de plus en plus les pays d’entrée des migrants à restreindre les flux migratoires vers l’UE, en utilisant la détention comme mesure dissuasive. C’est pourquoi ces pays ne peuvent être considérés comme uniques responsables des terribles conditions de vie imposées aux migrants et demandeurs d’asile. Il s’agit d’une responsabilité commune et d’une honte partagée.»

MSF demande à la Grèce et à l’UE de mettre fin à la détention indiscriminée, systématique et prolongée des migrants et demandeurs d’asile; de suspendre la détention dans des infrastructures inadaptées; de mettre un terme à la détention de personnes vulnérables, comme les mineurs, les victimes de torture et les malades chroniques; et d’investir dans un système d’accueil adapté aux besoins physiques, médicaux et humanitaires des migrants et des demandeurs d’asile.

MSF: assistance médicale et humanitaire aux migrants en Europe

Depuis 2004, MSF fournit une assistance médicale et humanitaire aux migrants détenus dans des centres de détention administrative à travers l’Europe – en Grèce, à Malte et en Italie. En Grèce, MSF répond depuis 2008 (uniquement grâce à des financements privés) aux besoins médicaux et humanitaires urgents des migrants nouvellement arrivés, ainsi que des réfugiés et des migrants placés en détention administrative. En 2013 et 2014, MSF a travaillé dans six centres de détention pour migrants dans le nord de la Grèce et a effectué des visites d’évaluation dans 27 bureaux de police, ordinaires ou frontaliers, des postes de garde-côtes, ainsi que dans cinq autres centres de détention pour migrants à travers la Grèce. En 2013 et 2014 toujours, MSF a organisé 4748 consultations médicales, a aiguillé 365 patients vers des structures de santé secondaire et en a orienté 100 autres vers des centres de soins dentaires. Les équipes ont traité plus de 1500 migrants atteints de la gale. Vingt-et-un migrants ont été libérés pour raison médicale après l’intervention de MSF. Les équipes ont aussi distribué des produits de première nécessité aux migrants détenus, dont 6662 kits d’hygiène personnelle et 1648 sets de couvertures, chaussures et sacs de couchage.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner