13.11.2013 - Philippines

Typhon Haiyan: MSF intensifie son action

Dans le but de secourir les victimes touchées par le typhon Haiyan dans le centre des Philippines, des équipes de MSF se sont rendues en avion, en bateau, ou en hélicoptère dans certaines des zones affectées lors du passage du cyclone.
Ile de Panay, Philippines, 13.11.2013
Une équipe de MSF fait une évaluation par hélicoptère sur l’île de Panay.
Ce lien est?...
Vidéo
10 avions cargo chargés de matériel d'urgence envoyés aux Philippines
10 avions cargo chargés de matériel d'urgence envoyés aux Philippines
14.11.2013
01:39
Vidéo
Typhon Haiyan: les accès sont une des principales contraintes
Typhon Haiyan: les accès sont une des principales contraintes
14.11.2013
01:52

Ces zones sont le nord de l’île de Cebu, l’est de l’île de Samar, l’île de Panay et l’ouest de la province de Leyte. Les équipes de Médecins Sans Frontières (MSF) évaluent les dégâts et les besoins médicaux de la population.

Le typhon a fait des dégâts considérables, et la plupart des infrastructures des zones touchées ont été rendues inutilisables. De nombreuses personnes n’ont donc encore reçu aucune assistance, notamment dans les îles alentours que ni le gouvernement philippin ni les agences internationales n’ont été en mesure d’atteindre.

«L’accès est extrêmement compliqué ce qui empêche les gens de recevoir de l’aide», explique Natasha Reyes, médecin et coordonnatrice d’urgence de MSF aux Philippines. «Notre priorité est de venir en aide aux populations dans les zones les plus reculées, car elles sont les plus difficiles à atteindre et donc souvent celles qui reçoivent une assistance en dernier».

Évaluer les besoins

Une équipe de MSF s’est rendue en avion à Guiuan, une localité de 45 000 habitants dans l’est de l’île de Samar, une région frappée de plein fouet par le typhon. Les dégâts y sont énormes et les besoins extrêmement élevés.

«La situation actuelle est peu encourageante», déclare Alexis Moens, chef de l’équipe en charge de l’évaluation. «La ville a été rasée: les maisons, les structures médicales, les rizières, les bateaux de pêche ont tous été détruits. Les gens vivent dehors, il n’y a plus aucun toit dans tout Guiuan. Les besoins sont immenses, et beaucoup de villages voisins n’ont pas encore été assistés par les organisations humanitaires.»

Jeudi, une équipe complète retournera à Guiuan en hélicoptère pour apporter immédiatement des secours médicaux au plus grand nombre de personnes. La priorité sera de soigner les blessés et d’orienter les personnes requérant des soins supplémentaires vers des centres plus spécialisés. L’équipe distribuera également à la population de l’eau potable, du matériel pour construire des abris et des articles de première nécessité.

«Aujourd’hui, j’ai rencontré un homme qui avait perdu toute sa famille dans le typhon», explique Alexis Moens. «Il a dû être hospitalisé car il avait tenté de se tuer d’un coup de couteau dans la poitrine. Malheureusement, il n’est pas rare d’entendre ce genre d’histoires un peu partout. Dans certains villages, il y a eu tellement de décès que les gens vont avoir cruellement besoin d’une aide psychosociale pour reprendre le cours de leur vie.»

Une autre équipe de MSF a fait une évaluation par hélicoptère sur l’île de Panay et a estimé que 50 pour cent de la ville de Roxas, située dans la province de Cápiz, avait été détruite. D’autres évaluations seront menées dans les villages sinistrés autour de Roxas. Une troisième équipe se trouve actuellement dans la ville d’Ormoc, à partir de laquelle elle étudiera la situation dans l’ouest de Leyte.

Une quatrième équipe s’est rendue au nord de Cebu en voiture, où la plupart des personnes déplacées semblent avoir trouvé refuge chez des membres de la famille ou chez les habitants. Immédiatement après la catastrophe, l’hôpital de Cebu a été pris d’assaut par les patients, mais il a reçu le soutien d’autres centres de santé et hôpitaux de la région. Il semble maintenant pouvoir gérer correctement la demande en soins. Plus tard dans la journée, une autre équipe a pris un ferry pour se rendre sur l’île de Bantayan où elle passera la nuit avant de continuer son évaluation.

Du personnel et du matériel supplémentaires est en route

MSF accélère maintenant ses opérations et aura plus de 100 collaborateurs dans la région dans les jours à venir. Elle disposera notamment de médecins, d’infirmiers, de chirurgiens, de logisticiens, de psychologues et de spécialistes en eau et assainissement.

A partir de ses entrepôts dans le monde, MSF a affrété dix avions cargos qui apporteront des fournitures médicales, du matériel pour construire des abris, des ensembles d'hygiène et du matériel pour l’eau et l’assainissement aux Philippines. Trois avions sont déjà arrivés à Cebu aujourd’hui.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner