26.05.2014 - Soudan du Sud

Soudan du Sud : MSF intensifie son intervention pour endiguer l’épidémie de choléra

Afin de contenir l'épidémie le plus rapidement possible, MSF soutien les établissements de santé et effectue des mesures de prévention.
Soudan du Sud, 17.01.2013
Campagne de vaccination contre le choléra au Soudan du Sud, janvier 2013

MSF est intervenue suite à une épidémie de choléra à Juba, la capitale du Soudan du Sud, où plus de 315 cas ont été signalés depuis que le gouvernement a officiellement déclaré l’épidémie le 15 mai. Des cas présumés dans d’autres régions du pays doivent actuellement être confirmés par le laboratoire. MSF organise de nombreuses distributions de matériel essentiel dans la lutte contre le choléra pour appuyer les structures de santé gérées par le ministère de la Santé. De plus, dans cette course contre l’épidémie, les équipes d’urgence de l’organisation mettent en place un centre de traitement du choléra dans la capitale. Les équipes de MSF travaillent aussi à l’approvisionnement en eau potable, à l’organisation de campagnes de sensibilisation et à la distribution de vaccins contre le choléra dans les camps de personnes déplacées.

« Après cinq mois de conflits intenses, des conditions de vie déplorables au sein des camps de déplacés, et l’arrivée de la saison des pluies qui empire la situation, la maladie nous inquiète,» explique Brian P. Moller, chef de mission de MSF au Soudan du Sud. « Et pourtant le choléra est une maladie qui peut être traitée facilement et efficacement si elle est prise en charge à temps. La priorité pour MSF est d'intervenir rapidement et efficacement afin d’endiguer autant que possible l’épidémie, en visant à la fois le traitement et la prévention de la maladie. »

Soutien aux centres de santé et au centre de traitement du choléra de Juba

MSF fournit du matériel essentiel à un certain nombre de centres de santé du ministère, y compris à l’hôpital universitaire de Juba qui est actuellement l’unique centre de traitement du choléra de la capitale. Ces dons de matériel comprennent des kits de tests, des lits pour les patients atteints de choléra, des solutions de chlore et des sels de réhydratation orale. MSF a aussi envoyé du personnel médical spécialiste du choléra et un expert en eau et assainissement pour soutenir le personnel hospitalier local. De plus, les équipes de MSF construisent un centre de traitement de 50 lits dans le district de Gudele, l’une des parties de la ville la plus touchée par l’épidémie. Le centre devrait être pleinement opérationnel d’ici la fin du mois de mai, et sa capacité pourra être augmentée à 100 lits si besoin.

Dans les semaines à venir, MSF prévoit la mise en place d’autres centres de traitement dans la capitale. Dans les camps de déplacés de Juba, où MSF fournit des soins médicaux depuis le mois de décembre, les équipes d’urgence ont déjà repéré les lieux capables d’accueillir des centres de traitement au cas où l’épidémie s’étendrait.

Prévenir la propagation de l’épidémie

Ailleurs dans le pays, MSF a déjà installé un centre de traitement dans le camp de Malakal, dans l’État du Nil-Supérieur, où près de 17 000 personnes ont déjà été vaccinées contre le choléra depuis le mois d’avril. De même, elle a envoyé des équipes d’urgence en vue d’évaluer la situation dans les régions voisines. Dans le camp de Bentiu, dans l’État de l’Unité, MSF apporte son aide pour une campagne continue de vaccination contre le choléra. Quant au camp de Minkamman, dans l’État des Lacs, où MSF vient en aide à environ 80 000 personnes déplacées depuis le mois de décembre, l’organisation a mené une campagne supplémentaire de vaccination contre le choléra.

La vaccination contre le choléra se fait en deux tours et là encore, on estime qu’elle n’offre que 65 % de chance de protection. Le vaccin n’est qu’une des nombreuses activités à mettre en place, en plus de l’amélioration de la qualité de l’eau et de l’assainissement, pour éviter que l’épidémie ne se propage au sein des groupes vulnérables.

Le choléra est une infection intestinale aiguë causée par la bactérie Vibriocholerae qui se développe dans les environnements insalubres. La maladie occasionne des vomissements et des diarrhées qui conduisent rapidement à une déshydratation grave et peuvent entraîner la mort. Le choléra peut être traité de façon simple et efficace à condition que le traitement soit prodigué suffisamment tôt. Le traitement du patient comprend l’hydratation et l’apport de potassium et de sodium par des solutions orales ou dans les cas les plus graves, par intraveineuses.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner