23.07.2014 - Myanmar

Rétinite à CMV: La première patiente sous traitement oral raconte

Ma Khin Khin* est la toute première patiente au Myanmar à avoir bénéficié du traitement administré par voie orale contre la rétinite à Cytomégalovirus (CMV). Elle est mère de quatre enfants et habite à Palauk, une ville située dans la région de Tanintharyi à 130 kilomètres au sud de Dawei, au Myanmar.
Myanmar, 17.12.2013
Ce lien est?...
Sur le même sujet
Vidéo
Myanmar : les premiers traitements oraux contre la cécité liée au VIH
Myanmar : les premiers traitements oraux contre la cécité liée au VIH
23.07.2014
03:49

La rétinite à CMV est une maladie évitable causée par un virus qui attaque la rétine de l'oeil chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli, en particulier ceux qui sont infectés par le VIH. Si elle n'est pas traitée, elle peut causer une cécité totale et irréversible.

Jusqu'à présent, les patients au Myanmar devaient endurer des injections directement dans les yeux pour traiter la maladie. Après de longues années de négociations sur les prix, une pilule plus efficace est désormais disponible et MSF a commencé à l'utiliser dans sa clinique à Dawei. En 2015, tous les patients de MSF souffrant de cette maladie au Myanmar recevront le médicament.
Ma Khin Khin a commencé le traitement par le valganciclovir au mois de février, après avoir été diagnostiquée comme porteuse du VIH à un stade clinique avancé.

« Je suis tombée malade en septembre 2012. J’étais exténuée. J’avais des difficultés à respirer et  je toussais sans arrêt. À l’époque, je travaillais à l’étranger et le docteur sur place m’a informée que c’était la tuberculose (TB) et que j’allais devoir être hospitalisée pendant un mois. J’ai pris beaucoup de médicaments, achetés dans une pharmacie illégale, mais j’étais toujours aussi malade.

Un jour, ma mère m’a parlé d’une clinique à Dawei. À ce stade, j’étais si mal en point que je n’arrivais même plus à marcher. Mon mari et moi avons alors décidé de rentrer au Myanmar pour nous rendre dans cette clinique. C’est alors que les médecins m’ont annoncé que j’avais non seulement le VIH et la TB, mais aussi la rétinite à CMV. On m’a donné trois traitements différents : contre la TB, la rétinite à CMV et quelques semaines plus tard, un traitement contre le VIH.
Si je n’étais pas rentrée, si je n’avais pas vu de médecin dans cette clinique, je ne serais certainement plus de ce monde…

Lorsque le docteur a examiné mes yeux, il a remarqué plusieurs lésions sur la rétine à travers le cristallin. Aujourd’hui, après quatre mois de traitement contre le CMV, mon état s’est amélioré. Je n’ai ressenti aucun effet secondaire et je me sens beaucoup mieux à présent. Je n’ai plus besoin d’être alitée sans cesse comme avant. Aujourd’hui, je peux me déplacer seule. J’ai recouvré la vue et j’arrive même à lire les messages sur mon téléphone portable. Si je n’avais pas reçu le traitement à temps, j’aurais perdu la vue en moins de trois mois. J’ai beaucoup de chance d’avoir pris ce médicament par voie orale. Avec les injections intra-oculaires, ça aurait été très inconfortable, et il aurait fallu que je me rende à la clinique toutes les semaines, alors qu’elle est à sept heures de mon village.»

* Le nom a été changé par souci de protéger la vie privée de la patiente.

Thématiques liées
Myanmar, VIH/sida, Épidémies
Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner