21.05.2015 - Népal

Népal: MSF continue de venir en aide à la population victime de deux séismes

Le Népal a été frappé par deux tremblements de terre, en moins de trois semaines, qui ont fait des milliers de morts et des dizaines de milliers de blessés et ont laissé des millions d’habitants avec la charge de reconstruire leur vie. Les équipes de MSF qui étaient déjà sur le terrain après le premier séisme continuent de s’efforcer à venir en aide à la population touchée. La priorité reste d’atteindre les personnes se trouvant dans des villages de montagne reculés qui ont été le plus exposées à la violence des séismes et restent isolées, coupées de l’aide.
Népal, 07.05.2015
Le transport aérien est le seul moyen d’atteindre les régions montagneuses où les routes ont été endommagées ou coupées.

Les équipes MSF se sont mobilisées rapidement après que le premier séisme d’une magnitude de 7,8 a frappé le pays, elles ont lancé des activités médicales et commencé à distribuer des abris et de la nourriture aux habitants de villages isolés, en s’y déplaçant à bord d’hélicoptères. Ces équipes ont pu presqu’immédiatement intervenir à la suite du second séisme d’une magnitude de 7,3 survenu le 12 mai. Dans des villages reculés comme ceux de Singati, Marbu, Yanglakot et Lapilang, MSF a évacué des patients se trouvant dans un état critique vers des hôpitaux de Katmandou. MSF fait actuellement des évaluations pour adapter son aide aux besoins créés par les deux tremblements de terre.

«Dans certaines régions, il y a eu jusqu’à 90% de destructions, explique Dans Sermand, le directeur de MSF au Népal. Les hôpitaux et les centres de santé ont été endommagés par les deux tremblements de terre, de ce fait beaucoup de personnes se sont retrouvées privées d’accès aux soins médicaux les plus basiques. Jusqu’à hier, il y avait encore des glissements de terrain dans des régions montagneuses où nous sommes allés. Par endroits, des villages entiers ont été rasés, la situation s’est encore aggravée alors que beaucoup de gens avaient déjà perdu leur maison lors du premier séisme.»

Soins de santé

Dans plusieurs districts, les hôpitaux et les centres de santé se sont écroulés et ceux dont les murs tiennent encore debout sont présentent de larges fissures les rendant extrêmement fragiles. L’hôpital de Bhaktapur a reçu un afflux de blessés après le second séisme, ce à quoi MSF a répondu en donnant des kits de pansements et des médicaments.

Dans les districts de Dhading, Gorka, Rasuwe, Sindhupalchowk et Nuwakot, MSF apporte une aide médicale et un soutien psychologique aux personnes qui en ont besoin, et parmi elles certaines  n’avaient reçu aucune aide médicale après le premier séisme.

Dans le district de Dolakha, épicentre du second séisme, MSF a pris en charge sur le terrain les personnes dans un état critique et évacué les blessés graves, notamment des personnes avec des fractures du crâne, dans des hôpitaux de Katmandou pour des soins plus poussés.

A Arughat, dans le district de Gorkha, l’hôpital gonflable de 20 lits que MSF a monté est opérationnel depuis le 8 mai et reçoit des patients touchés par les deux séismes ainsi que des personnes des communautés environnantes. Cet hôpital est doté d’une salle d’opération, d’une maternité, d’une salle d’urgence et de salles d’hospitalisation, et des soins de santé mentale y sont dispensés. MSF collabore en outre avec le ministère de la Santé pour donner des soins de santé primaire. MSF apporte par ailleurs un soutien pour l’approvisionnement en médicaments, la formation médicale et les références vers l’hôpital. En moyenne, 100 patients sont soignés par jour dans le service de consultations externes, ils souffrent principalement d’infections respiratoires hautes, de diarrhée et de blessures subies lors du séisme. L’équipe de MSF reçoit aux urgences 15 patients en moyenne par jour qui présentent essentiellement des fractures et des blessures. A la maternité, le premier bébé est né le 12 mai.

«Dans le district de Gorkha, la plupart des centres médicaux ont été détruits et l’hôpital d’Arughat contribue à fournir des soins chirurgicaux essentiels dans la région. Des gens nous disent avoir marché cinq heures pour arriver jusqu’à l’hôpital d’Arughat. Cela montre le niveau de destruction du système de soins, observe le Dr Guyguy Manangama, coordinateur médical MSF au Népal.»

MSF a commencé à dispenser des soins de santé mentale et à apporter une aide psycho-sociale dans des villages des districts de Nuwakot, Gorkha, Rusuwa et Sindhupalchowk. Dans l’hôpital d’Arughat, MSSF apporte aussi un soutien pschologique aux patients et au personnel de santé qui ont été traumatisés par le tremblement de terre.

Enfin dans l’hôpital orthopédique de Katmandou où, par peur des répliques, tous les patients sont installés à l’extérieur, MSF a installé deux grandes tentes. Car des blessés qui ont été opérés étaient dehors faute de place sous les tentes. MSF prévoit en outre d’apporter un soutien pour la rééducation des patients ayant subi des opérations de chirurgie orthopédique. 

Abris et nourriture

En dehors de l’aide médicale, les abris constituaient un besoin majeur avant le second séisme. Et la situation s’est aggravée depuis.

«Ma maison était toute fissurée après le premier tremblement de terre, elle s’est écroulée avec le deuxième. Je n’ai plus rien, j’ai tout perdu, je n’ai plus de bétail mais je suis heureux que ma famille ne se trouvait pas dans la maison quand cela est arrivé. Ils étaient dans un camp de déplacés de peur que la maison ne s’écroule. Et ils ont bien fait», explique Rajkumar Pakhrin, assistant de l’administrateur MSF venant du village de Mirge dans le district de Dolakha.

Les équipes MSF ont distribué plus de 2300 abris et kits d’hygiène dans 20 des villages les plus touchés dans les districts de Rasuwa, Sindupalchowk et Gorkha. Elles ont aussi commencé à distribuer des matériaux pour la reconstruction comme des tôles métalliques et des clous dans des villages des districts de Dhading, Rasuwa et Sindupalchowk.

De la nourriture, principalement du riz et des biscuits énergétiques, ont été distribués dans les districts de  Dhading, Rasuwa et Sindupalchowk.

Eau et assainissement

MSF a installé des systèmes d’alimentation en eau et construit des latrines dans le camp de Chuchibati à Katmandou. Des réservoirs d’eau ont également été mis en place dans des villages du district de Rasuwa. Une équipe a par ailleurs fourni aux habitants de Gumpatang, Tembatang et Nimlung dans le district de Sindupalchowk des tuyaux et des réservoirs pour les aider à rétablir leur réseau d’eau fonctionnant par gravité.

Difficultés pour se déplacer

Le transport aérien est le seul moyen d’atteindre les régions montagneuses où les routes ont été endommagées ou coupées. Etant donné que les grands hélicoptères ne peuvent pas atterrir dans les villages reculés où se concentre le gros des activités de MSF, les petits hélicoptères sont la seule solution pour se déplacer. Ils ont une capacité de transport très limitée pour le volume comme pour le tonnage du cargo transporté.

«Dans quelques semaines va commencer la saison de la mousson et les gens ne pourront plus vivre dehors, indique Peter Paul de Groote, coordinateur d’urgence de MSF au Népal. Les zones reculées seront alors très difficiles d’accès. La possibilité d’intervenir, c’est maintenant. Nous faisons le maximum pour fournir des abris dans ces villages avant que cela ne soit plus possible.»

Le 25 avril, un tremblement de terre d’une magnitude de 7,8 a frappé le Népal, l’épicentre se trouvait dans le district de Gorkha à 200 km au nord-ouest de la capitale Katmandou. A la date du 11 mai, ce séisme avait fait, selon le gouvernement népalais,  8 019 morts et 17 866 blessés. Le 12 mai 2015 s’est produit un second tremblement de terre d’une magnitude de 7,3, dont l’épicentre se situait à la frontière entre les districts de Dolakha et Sindulpalchowk, à l’est de Katmandou. Au moins 78 personnes ont été tuées par ce second séisme et près de 2000 personnes ont été blessées.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner