01.03.2012 - Mali

Mauritanie: urgence pour des milliers de réfugiés maliens sur fond de crise alimentaire

MSF lance des activités médicales et nutritionnelles pour les réfugiés et les populations locales.
Mali, 01.06.2009
L’insécurité alimentaire constitue une menace pour les réfugiés mais aussi pour les populations locales.

Plus de 28 000 réfugiés maliens ont été contraints de chercher un abri à la frontière mauritanienne suite aux combats ayant éclaté entre l’armée malienne et la rébellion touarègue dans le nord du Mali en janvier 2012. Privés de leurs moyens de subsistance, ces réfugiés ont parfois voyagé durant plusieurs jours avant de rejoindre les camps de fortune de Fassala et Mbéré, au sud-est de la Mauritanie.

Mercredi 29 février, un premier cargo de 26 tonnes de matériel médical et logistique a quitté la ville d’Ostende en Belgique pour l’aéroport de Néma, à 200 kilomètres du camp de Mbéré où les équipes de MSF s’activent à mettre en place des activités médicales. «Nous sommes en plein milieu du désert dans une zone où l’eau est une denrée rare et, plus alarmant encore, les populations y sont isolées: il faut compter six heures de route pour rejoindre le premier hôpital», explique Marie-Christine Férir, coordinatrice des urgences pour MSF.

Une charge supplémentaire pour les populations locales

L’insécurité alimentaire constitue une menace pour les réfugiés mais aussi pour les populations locales. L’arrivée des réfugiés en détresse constitue une charge supplémentaire pour les familles mauritaniennes déjà appauvries par les mauvaises récoltes. «Nous savons que parmi les réfugiés il y a des femmes enceintes et des enfants qui souffrent de malnutrition modérée à sévère», s’inquiète Marie-Christine Férir. Il est crucial que les plus jeunes enfants, particulièrement fragiles, aient accès à des soins médicaux gratuits, car un enfant malnutri est plus vulnérable aux maladies telles que la rougeole, les diarrhées ou les infections respiratoires. De même, un enfant malade est également plus susceptible de devenir malnutri.

Sachant que l’hôpital le plus proche est situé à plus de 200 kilomètres, une des priorités de MSF sera de permettre une prise en charge médicale rapide et la stabilisation des cas graves avant la référence vers l’hôpital de Néma. Grâce à l’installation d’un centre de santé dans le camp de Mbéré, les équipes médicales assureront des soins curatifs et un dépistage nutritionnel pour identifier au plus tôt les enfants à risque. Elles offriront gratuitement des soins de santé primaires, des consultations prénatales et mèneront si nécessaire des campagnes de vaccination contre la rougeole.

Les activités de MSF au Sahel

Dès début février, MSF a déployé du personnel médical d’urgence pour répondre d’abord aux besoins médicaux de réfugiés au Niger et au Burkina Faso. MSF est également présente dans le nord du Mali, où elle offre des soins de santé primaires à la population déplacée par les combats. Indépendamment de la situation des réfugiés, MSF évalue également la situation nutritionnelle au Mali, au Burkina Faso, au Niger, au Sénégal, au Tchad et en Mauritanie.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner