24.01.2010 - Haïti

Les besoins médicaux ne décroissent pas

La priorité du travail médical d’urgence que les équipes MSF ont fourni en Haïti commence à changer et à se porter sur les besoins subséquents de la population. Dans certaines parties de Port-au-Prince, les équipes commencent à voir dans leurs hôpitaux de plus en plus de patients souffrant d’infections ou de complications suite à des tentatives de traitements élémentaires réalisés dans les premiers jours du désastre. Toutefois, la pression générale exercée sur les services médicaux est loin de décroître.
20100124 haiti 52874
Haïti, 16 janvier 2010.
Ce lien est?...

Le défi de savoir comment gérer le nombre grandissant de patients nécessitant des soins postopératoires continue de se poser, de même que celui de remettre sur pied le système de santé pour ceux qui souffrent de problèmes médicaux chroniques et pour satisfaire les besoins des citoyens en ce qui a trait aux soins maternels et primaires.

Dans le même temps, les équipes MSF continuent de prendre en charge le nombre considérable de patients nécessitant une chirurgie. À l’hôpital Chancerelle, la deuxième salle d’opération est en cours de réhabilitation et s’apprête à être de nouveau fonctionnelle. À l’hôpital Choscal, dans le bidonville de Cité Soleil, la salle d’opération a assuré la prise en charge des cas d’urgences obstétriques et de blessures par balle et causées par des machettes. Dans la municipalité des Cayes, MSF commence à venir en aide à l'hôpital local et à opérer environ 150 personnes ayant des blessures graves et qui avaient été transportées de la capitale jusqu'ici, semble-t-il. L’hôpital gonflable MSF à Port-au-Prince se prépare à réaliser ses premières chirurgies demain. 80 patients supplémentaires y seront transférés de l’hôpital de la Trinité et rejoindront les 100 venant de l’hôpital Pacot installés dans 60 grandes structures gonflables sous tente. Dans un hôpital de campagne MSF à côté de l’hôpital Carrefour, près de 40 personnes ont subi une opération, 60 ont été hospitalisées, et 350 consultations ont eu lieu.
 
Qui plus est, les conséquences psychologiques du désastre se révèlent peu à peu. MSF jouit d'une expérience significative en santé mentale dans les régions sinistrées par une catastrophe naturelle et disposent de spécialistes en Haïti. Ces derniers ont travaillé dans les hôpitaux avec les patients et le personnel MSF déjà sur place avant le séisme qui ont été traumatisés par ces terribles événements.
 
Un autre besoin se fait également sentir de plus en plus : celui en articles de base afin que les familles puissent survivre après la destruction de leur foyer et leurs biens. MSF commence à distribuer aux familles de Jacmel des kits comprenant des couvertures, des seaux, du savon et des ustensiles de cuisine. Les équipes entendent aussi intensifier cette distribution dans d’autres endroits et recevront aujourd’hui leur première livraison de kits acheminés à Port-au-Prince par bateau. Dans les prochaines semaines, MSF projette de faire venir par divers moyens de transport quelque 20 000 kits contenant ces articles essentiels.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner