02.03.2012 - RD Congo

Une Suissesse au Congo

Il y a ici des couchers de soleil à couper le souffle, des tempêtes tropicales qui forcent le respect, et des visages rieurs et lumineux qui me vont droit au cœur, jour après jour.
Dingila, RD Congo, 19.02.2012
Les premières Congolaises se mettent en route vers le fleuve pour aller faire leur lessive, leurs paniers en équilibre maîtrisé sur leurs têtes.
Situation géographique
RD Congo
Ce lien est?...
Auteur
Irene Mazza

Irene Mazza effectue sa première mission avec MSF à Dingila, un village isolé dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC) touché par la maladie du sommeil. Cette infirmière originaire de Bienne a travaillé comme traductrice et éditrice au siège suisse de MSF. C’est là qu’elle a attrapé le virus du terrain.

Quelle que soit mon humeur au réveil, le premier «Bonjour, bien réveillée?» annonce une journée prometteuse. Je n’aurais jamais pensé que je tomberais sur un  petit bout de paradis, en plein milieu de ce Congo tant redouté.

Aujourd’hui, je vais faire du jogging. Les cochonnets du voisin s’enfuient dans toutes les directions en couinant lorsqu’ils me voient arriver. Trois soldats armés sont assis sous un gigantesque manguier. Ils me font signe de la main – je les salue en retour. Les premières Congolaises se mettent en route vers le fleuve pour aller faire leur lessive, leurs paniers en équilibre maîtrisé sur leurs têtes. Tout à coup, je m’arrête net, le cœur battant: une meute de chiens sauvages se trouve là, sur la route, devant moi. Je ne sais pas qui de nous a le plus peur, eux ou moi. Je me dit que je suis bien contente de m’être fait vacciner contre la rage, et je passe lentement à leurs côtés.

Un vieil homme m’aborde: «Vous êtes Suissesse?» me demande-t-il. Ma réponse affirmative semble l’enchanter. Nous bavardons un petit moment. Il dit qu’il a beaucoup entendu parler de la Suisse. Que le système de santé chez nous est tellement performant que l’on est guéri avant même d’être soigné. Une façon originale de décrire la qualité de notre système de santé publique…! Au Congo, seul un petit pourcentage des fonds publics est investi dans le système de la santé. D’après ce que je vois, il n’en arrive pas beaucoup à Dingila. C’est pourquoi MSF est ici.

Cette semaine, les nouveau-nés ne nous laissent aucun répit.  Pierrette, notre petite prématurée, a dû être réanimée à deux reprises. Depuis lors, elle gigote de nouveau comme si de rien n’était. Pendant notre réunion d’équipe, on nous amène une petite fille nouveau-née. Son père a marché plus de dix kilomètres pour l’amener au service des urgences. Dans la salle d’examen, tout le monde est très agité: la petite n’a qu’une narine et ne respire que par la bouche. C’est pourquoi elle ne peut pas être  allaitée. Nous lui donnons de l’oxygène et l’installons dans un lit; à ses côtés il y a un bébé malnutri qui souffre d’une fente palatine au troisième stade. En raison d’une ouverture entre sa bouche et son nez, sa maman ne peut pas l’allaiter. Elle est nourrie par sonde gastrique. J’ai demandé à mes collègues du projet chirurgical de MSF si l’on pouvait opérer ces malformations. J’attends leur réponse.

Le samedi est jour de marché à Dingila. On y vend du poisson frais, du manioc et de la pâte d’arachide dans des corbeilles. Entre les machettes et les parapluies, des piles soigneuses de produits pour éclaircir la peau et de savons. Un étal en bois fait office de «station-service», avec quelques bidons  d’essence et un entonnoir. Je me mets à la recherche d’une papaye. On me présente immédiatement quelques exemplaires magnifiques, nous nous mettons d’accord sur le prix. Dingila n’est pas bon marché. Les marchandises y sont acheminées par bicyclette, après de nombreux kilomètres parcourus à travers la brousse. Outre des citrons, des bougies et des bâtonnets d’encens, je fais aussi l’acquisition d’un parapluie multicolore. En rentrant,  je l’ouvre pour m’abriter du soleil étincelant, imitant les femmes congolaises.

Une lampe à l’huile vacille au vent. Je donne mes restes de ma papaye au cochon du voisin, qui grogne de satisfaction. Au loin, on entend chanter des enfants.

Thématiques liées
Maladie du sommeil, RD Congo
Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner