30.03.2011 - Kenya

BD-Reportage – Kenya - 27 février, Dagahaley

Dagahaley/Dadaab, Kenya, 27.02.2011
Dagahaley/Dadaab, Kenya, 27.02.2011

Abu est un collaborateur kényan de MSF. Il est à lui seul assistant du responsable terrain, guide, intermédiaire, surveillant et préposé aux renseignements pour les nouveaux venus et réfugiés établis depuis longtemps, ami des enfants, chroniqueur, attaché de presse, modèle photo, médiateur… Il nous accompagne chez Abdi, le maire, puis chez Zainab, la mairesse du camp. Tous deux, président et présidente, élus par la population du camp, sont des personnages imposants conscients de leur autorité. Et tous deux ont réussi dans les affaires comme en témoigne la taille de leur maison. Les interviews traînent en longueur. On remarque qu’ils sont habitués à faire de belles phrases et qu’ils jonglent avec le vocabulaire de tous les politiciens du monde.

Mais il n’en est pas moins intéressant d’interviewer notre factotum Abu. Il a travaillé quelques années comme aide-soignant dans un petit village à la frontière de la Somalie, dans des conditions épouvantables. Des soldats et des civils blessés, dont il devait s’occuper avec un médecin et deux infirmières, arrivaient chaque jour. «C’était un cauchemar», explique-t-il. «Encore pire que Dagahaley.» Ce qui le préoccupe le plus actuellement, c’est l’arrivée des nouveaux réfugiés. En fait, il faudrait ouvrir un nouveau camp, mais le Gouvernement kényan s’y oppose fortement. Et pourtant, impossible d’endiguer le flot de réfugiés. Chaque jour de nouvelles familles se présentent à la recherche d’eau, de nourriture et d’un peu de paix. Le camp de réfugiés de Dagahaley, qui ne devait être que provisoire, est en train de se transformer à une vitesse vertigineuse en une ville immense.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner