30.03.2011 - Kenya

BD-Reportage – Kenya - 2 mars, Dagahaley – Garissa – Nairobi

Dagahaley/Dadaab, Kenya, 02.03.2011
Dagahaley/Dadaab, Kenya, 02.03.2011
© Andrea Caprez - Christoph Schuler
Dagahaley/Dadaab, Kenya, 02.03.2011
Dagahaley/Dadaab, Kenya, 02.03.2011
© Andrea Caprez - Christoph Schuler
Dagahaley/Dadaab, Kenya, 02.03.2011
Dagahaley/Dadaab, Kenya, 02.03.2011
© Andrea Caprez - Christoph Schuler
 / 3

Nous faisons nos adieux aux collaborateurs de MSF avec lesquels nous avons passé beaucoup de temps ces dix jours et qui nous ont raconté tant d’histoires passionnantes et fourni tant d'informations. Beaucoup d’entre eux travaillent jusqu’à six mois non stop à Dagahaley, ne s’accordant que quelques jours de congé. Mais n’oublions pas qu’il y a des réfugiés qui vivent depuis vingt ans dans le camp sans possibilité de se déplacer librement au Kenya. Une situation difficilement imaginable.

Il faut dix heures de voiture pour se rendre à Nairobi en passant par Garissa. Plus on approche de la ville, plus la campagne tire sur le vert. Bientôt, les buissons de ronces et le sable disparaissent pour laisser place aux champs cultivés, aux serres, aux baobabs et aux différentes industries. Le père somalien qui nous accompagne à Nairobi avec son fils souffrant d’une maladie des os arrive à peine à croire qu’il puisse exister des endroits aussi fertiles. Son fils, un garçon de sept ou huit ans qui, durant tout le voyage, a serré sur sa poitrine le livre de Globi que je lui ai offert, est surtout très impressionné par les façades vitrées des immeubles lorsque nous arrivons à Nairobi.

Arrivé dans le pavillon des invités, Andrea constate qu’il a perdu son sac à dos qui contenait son ordinateur, ses dessins, ses sous-vêtements. Oublié dans un restaurant en chemin? Laissé sur le bord de la route? Affolé, il téléphone à Dagahaley pour s'apercevoir finalement que son sac à dos est là, caché derrière la porte.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner