01.04.2017 - Syrie

Syrie: une attaque contre un hôpital soutenu par MSF fait plusieurs morts et blessés

Le 25 mars 2017, l’hôpital de Latamneh, au nord de la ville de Hama, a été la cible d’une attaque aérienne. Deux personnes ont été tuées et treize transférées vers une autre structure médicale afin d’être soignées.
MSF

Les informations recueillies par l’équipe médicale de l’hôpital suggèrent qu’un agent chimique aurait été utilisé lors de l’attaque. Alors que les pourparlers de paix continuent en haut-lieu, les morts s’accumulent sur le terrain.

Symptômes laissant penser à une attaque chimique

L’hôpital de Latamneh, situé à quelques kilomètres de la ligne de front, dessert une population estimée à 8000 personnes. Cette structure médicale comprend une salle d’urgence, ainsi que des services d’hospitalisation, de chirurgie générale et de chirurgie orthopédique. Selon les premiers rapports de l’équipe de l’hôpital, le 25 mars aux alentours de 18h, une bombe a été larguée depuis un hélicoptère sur l’entrée de l’hôpital alors que les patients et le personnel se trouvaient à l’intérieur. Juste après l’impact, ces personnes présentaient des problèmes respiratoires et brûlures au niveau des muqueuses: des symptômes qui laissent penser à une attaque chimique.

Attaques courantes contre les hôpitaux

«L’hôpital n’a pas fonctionné pendant trois jours suite à cette attaque et la salle d’urgence vient d’être rouverte. En outre, la mort du docteur Darwish laisse une population estimée à 120 000 personnes avec seulement deux chirurgiens orthopédistes. Les attaques contre les hôpitaux, alors qu’elles sont strictement interdites par le droit international humanitaire, demeurent monnaie courante en Syrie et les frappes répétées et indiscriminées affectent profondément les services de santé du pays», déplore Massimiliano Rebaudengo, le chef de mission de MSF pour le nord de la Syrie.

Alors que les parties au conflit ont entamé de nouvelles négociations de paix en janvier, des combats ont repris sur plusieurs fronts, notamment au nord de Hama où 40 000 personnes ont fui les combats. Le 22 février dernier, une autre structure de soins soutenue par MSF a été touchée par des roquettes dans le gouvernorat d’Idlib: six personnes ont péri et 33 ont été blessées. En 2016, MSF a documenté au moins 71 attaques sur 32 structures de soins gérées ou supportées par l’organisation en Syrie.

MSF continue de mener des opérations en Syrie dans quatre structures de santé au nord du pays et soutient plus de 150 centres de soin dans l’ensemble du pays.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner