06.05.2015 - Syrie

Syrie: un grand hôpital d’Alep cesse ses activités après avoir été la cible de tirs

L’hôpital d’Al Sakhour offrait un accès à des opérations vitales à environ 400 000 patients
Alep, Syrie, mai 2013
MSF a six centres médicaux en Syrie et apporte un soutien direct à plus de 100 hôpitaux, postes de santé et dispensaires à l’intérieur du pays.

L’un des principaux hôpitaux d’Alep a suspendu toutes ses activités après que des attaques ont été lancées sur la ville. De nouveaux bombardements et des frappes aériennes ont de nouveau touché, ces deux derniers mois, des quartiers résidentiels et des centres médicaux ont été gravement endommagés. Médecins Sans Frontières (MSF)  confirme des rapports selon lesquels deux structures médicales et une ambulance ont été ciblées par des missiles et des barils d’explosifs, ces trois dernières semaines.

«Nous lançons de nouveau un appel aux belligérants pour qu’ils respectent les civils, les installations médicales et le personnel médical», a déclaré Raquel Ayora, directrice des oérations de MSF. «Ces nouvelles attaques sur des centres médicaux sont inacceptables», a-t-elle ajouté.

Evaluation des dommages

L’hôpital d’al Sakhour a été bombardé au moins deux fois, deux jours de suite la semaine dernière. C’était l’un des deux hôpitaux dans cette zone dont la population est estimée à 400 000 personnes et des opérations vitales y étaient effectuées. Pour le seul mois de mars, l’hôpital a reçu 2444 patients et fait plus de 300 opérations de traumatologie. Toutes les activités, dont celles concernant la traumatologie et la chirurgie, sont maintenant arrêtées. On ne sait pas encore si l’hôpital sera de nouveau opérationnel ni quand. Son personnel est en train d’évaluer les gros dommages subis dans plusieurs endroits du bâtiment. MSF s’efforcera d’apporter le maximum d’aide possible une fois que les besoins auront été évalués et que la direction de l’hôpital aura établi qu’il est effectivement possible de rouvrir l’hospitalisation. En juin 2014, cet établissement avait dû fermer pendant plusieurs semaines après avoir été la cible de frappes qui avaient largement endommagé les bâtiments.

Cet hôpital n’a pas été la seule structure touchée : un centre médical a aussi été ciblé et toutes ses activités sont suspendues depuis le 17 avril. Quatre jours plus tôt, une frappe aérienne ciblant une ambulance en déplacement avait tué le chauffeur, trois agents de santé et un civil. Six civils avaient été retrouvés blessés.

Des bombardements aériens de grande ampleur ont commencé fin 2013 sur la ville d’Alep. Depuis, des quartiers résidentiels, des marchés, des stations de bus, des écoles et des installations médicales ont été ciblés par des bombardements aériens et des barils d’explosif. MSF craint que l’escalade des combats dans les gouvernorats d’Alep et d’Idlib ne fasse davantage de victimes civiles et de dégâts dans les quartiers résidentiels, avec des hôpitaux et des centres médicaux ciblés, ce qui a pour effet d’accroître les souffrances des populations. 

MSF a six centres médicaux en Syrie et apporte un soutien direct à plus de 100 hôpitaux, postes de santé et dispensaires à l’intérieur du pays. De plus, MSF prend en charge des réfugiés syriens en Jordanie, au Liban et en Irak.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner