11.03.2015 - Syrie

Quatre ans de conflit en Syrie - l’aide médicale paralysée, faute d’accès

Alors que la Syrie entre dans sa cinquième année de guerre, l’aide pourtant si nécessaire ne peut arriver aux millions de personnes piégées par le conflit. Face à cela, Médecins Sans Frontières (MSF) juge impératif d’accroître massivement l’aide médicale.
Alep, Syrie, 03.02.2013
Un homme porte un enfant dans ses bras.
Ce lien est?...
Vidéo
Crise Syrienne: Comment sortir de l'oubli?
Crise Syrienne: Comment sortir de l'oubli?
11.03.2015
01:01

«Cela fait quatre ans que le conflit en Syrie a commencé et la guerre reste caractérisée par des actes d’une violence brutale qui visent indifféremment les civils et les combattants et ne respectent pas le statut protégé du personnel et des infrastructures de santé, déclare le Dr Joanne Liu, présidente du Bureau international de MSF. Il est inacceptable que l’aide humanitaire soit si minime alors que le nombre de victimes et les souffrances des civils ont atteint des niveaux insoutenables.»

Le système de santé syrien a été dévasté par les quatre années de conflit. L’accès à des traitements médicaux essentiels est devenu maintenant quasi-impossible, soit parce que les médicaments et le matériel médical ainsi que le personnel médical qualifié font défaut, soit parce que les structures médicales sont attaquées.

Alors que le nombre de médecins travaillant à Alep, la deuxième ville du pays, était estimé à 2 500 avant le conflit, moins d’une centaine sont aujourd’hui présents dans les hôpitaux encore opérationnels de la ville. Tous les autres ont fui, sont devenus des personnes déplacées ou ont été enlevés ou tués.

«Notre association devrait mener l’un des plus grands programmes médicaux depuis sa création il y a 44 ans, indique le Dr Liu. Mais ce n’est pas le cas. Et pourquoi ? C’est la question.»

La dégradation progressive de la situation sécuritaire et l’enlèvement de cinq membres du personnel MSF par le groupe Etat islamique (EI) en janvier 2014 ont contraint MSF à réduire ses activités.

«Ce grave incident a non seulement précipité la fermeture des structures de santé dans les zones contrôlées par l’EI, mais il a aussi eu comme conséquence de mettre un terme à la présence de personnel médical expatrié de MSF en Syrie. Nous n’avions plus de raison de croire qu’il ne serait pas porté atteinte à nos équipes», explique Joanne Liu.

Outre le retrait des zones contrôlées par l’EI en Syrie à la suite de l’enlèvement des membres de son personnel pendant cinq mois, MSF n’a jusqu’aujourd’hui pas réussi à ouvrir des projets médicaux dans les zones contrôlées par le gouvernement.

MSF a toujours six structures médicales dans le pays qui fonctionnent avec du personnel syrien. MSF a également mis en place des réseaux de soutien pour plus de 100 structures médicales se trouvant dans les zones contrôlées par le gouvernement et par les rebelles. Ces réseaux permettent à du personnel médical syrien déterminé de travailler, souvent dans des conditions extrêmement dangereuses, et de dispenser un niveau minimum de soins médicaux aux populations piégées par le conflit. Ce soutien, si précieux soit-il, n’est possible que dans quelques endroits et reste bien en-deçà des besoins massifs auxquels sont confrontées les équipes médicales à l’intérieur de la Syrie.

Il est absolument impératif d’apporter en Syrie une aide humanitaire internationale à grande échelle. MSF est prête à dialoguer avec tous les acteurs qui sont partie au conflit, comme elle a réussi à le faire dans de nombreuses situations de conflit, afin que l’aide parvienne aux civils et pour pouvoir travailler en toute sécurité et de manière efficace en Syrie. Jusqu’à maintenant, les réseaux de médecins et d’activistes civils sont les seules voies permettant à la population de recevoir une aide vitale : «Nous pouvons et nous devrions faire mieux pour le peuple syrien», conclut Joanne Liu.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner