28.04.2016 - Suisse

Plus de 400 000 signatures pour demander une réduction du prix du vaccin contre le pneumocoque

MSF remet une pétition internationale à Pfizer et GSK et dépose devant le siège de Pfizer à New York 2 500 fleurs, ce qui représente le nombre d’enfants qui meurent chaque jour d’une pneumonie.
New York, 12.11.2015
Des dizaines de personnes ont déposé 2 500 fleurs devant l’entrée du bureau, une pour chaque enfant qui meurt de pneumonie chaque jour.
Ce lien est?...
Sur le même sujet

A la veille de l’assemblée annuelle des actionnaires de Pfizer, Médecins Sans Frontières (MSF) a remis au siège du laboratoire, à New York plus de 400 000 signatures récoltées par la pétition A Fair Shot / L’injuste prix, demandant à Pfizer et GlaxoSmithKline (GSK) de réduire le prix du vaccin contre le pneumocoque à 5 dollars (environ 4,50 euros) par enfant dans tous les pays en développement et pour les organisations humanitaires. Responsable de la mort de près d’un million d’enfants par an, la pneumonie reste aujourd’hui la première cause de décès.

La vie des enfants doit passer avant le profit

« De millions de nourrissons et de jeunes enfants dans le monde restent exposés aux pneumonies, à cause des prix pratiqués par Pfizer et GSK, qui sont trop élevés pour de nombreux gouvernements et organisations humanitaires, explique le Dr. Greg Elder, coordinateur médical de la Campagne d’Accès aux Médicaments Essentiels (CAME) de MSF. Pfizer et GSK ont déjà vendu des vaccins contre le pneumocoque pour un montant total de plus de 30 milliards de dollars. Nous ne prenons pas trop de risques en disant qu’ils peuvent se permettre d’en réduire le prix, pour permettre à tous les pays en développement de protéger leurs enfants contre cette maladie meurtrière ».

MSF a remis les signatures récoltées par la pétition A Fair Shot / L’injuste prix au cours d’un sit-in devant le siège mondiale de Pfizer, à New York. Des dizaines de personnes ont déposé 2 500 fleurs devant l’entrée du bureau, une pour chaque enfant qui meurt de pneumonie chaque jour. Les noms des 400 000 signataires de la pétition, en provenance de 170 pays, ont été imprimés et déposés dans un berceau vide. La pétition demande à Pfizer et GSK, les deux producteurs du vaccin pneumocoque, d’en réduire le prix à 5 dollars (environ 4,50 euros) pour les trois doses nécessaires à protéger un enfant. Alors que Pfizer a encaissé plus de 6 milliards de dollars en 2015 des ventes de ce vaccin, les signataires demandent au PDG de Pfizer, à son conseil d’administration et à ses actionnaires de ne pas faire passer le profit avant la vie des enfants.

Un vaccin inabordable

En mai 2015, 193 pays réunis à l’Assemblée Mondiale de la Santé ont adopté à l’unanimité une résolution historique, demandant des vaccins plus abordables, et davantage de transparence autour des mécanismes de fixation de leur prix. Plus de 50 pays ont souligné les inégalités grandissantes entre eux, à cause du poids économique des nouveaux vaccins. De nombreux pays ont déclaré que le prix trop élevé des nouveaux vaccins, dont celui contre le pneumocoque, les empêchait de les utiliser, ou risquait de les obliger à les retirer de leurs programmes nationaux de vaccination. Des pays comme l’Algérie, la Bosnie, l’Egypte, l’Indonésie, la Jordanie, la Thaïlande et la Tunisie, parmi d’autres, ont affirmé ne pas être en mesure d’introduire le vaccin contre le pneumocoque à cause de son prix élevé.

Ces dernières années, MSF a vacciné des enfants avec le vaccin contre le pneumocoque lors d’urgences humanitaires en République Centrafricaine, en Ethiopie, au Soudan du Sud et en Ouganda, entre autres. Après cinq ans de négociations infructueuses avec Pfizer et GSK pour obtenir un prix abordable pour ce vaccin, MSF a lancé en avril 2015 la campagne A Fair Shot / L’injuste prix, pour pousser les deux laboratoires à réduire le prix du vaccin contre le pneumocoque.

En janvier 2015, MSF a également diffusé un nouveau rapport sur le prix des vaccins, « The Right Shot : généraliser l'accès à des vaccins abordables et mieux adaptés », montrant que le coût de la vaccination des enfants dans les pays les plus pauvres a été multiplié par 68 depuis 2001, et que de nombreux pays ne peuvent pas se permettre d’acheter les nouveaux vaccins, très chers, comme celui contre le pneumocoque.

« Nous avons vu trop d’enfants mourir d’une pneumonie, et nous n’allons pas nous arrêter jusqu’à ce que tous les pays puissent acheter ce vaccin, qui peut sauver de nombreuses vies, poursuit le Dr. Elder. C’est extraordinaire de voir que plus de 300 000 personnes dans le monde nous ont rejoints pour dire à Pfizer et GSK qu’ils doivent réduire leurs prix, pour que plus d’enfants puissent être sauvés. A quoi sert-il d’avoir un vaccin qui peut sauver des vies, si les gens qui en ont le plus besoin ne peuvent pas y avoir accès ? »

Chaque année, les équipes MSF vaccinent des millions de personnes, dans le cadre de la réponse à des épidémies de rougeole, de méningite, de fièvre jaune ou de choléra, mais aussi lors des activités de vaccination de routine, dans les projets destinés aux mères et aux enfants. En 2014, MSF a administré plus de 3,9 millions de doses de vaccins et autres produits immunologiques. Par le passé, MSF a également acheté le vaccin contre le pneumocoque pour l’utiliser dans ses programmes d’urgence. MSF travaille actuellement à l’extension de l’utilisation du vaccin contre la pneumonie et des autres vaccins, à la fois dans le cadre de la vaccination de routine et en élargissant l’offre de vaccins pendant les urgences humanitaires.

Pour plus d’informations : www.afairshot.org

Thématiques liées
Pharmacie, Pneumonie, Suisse
Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner