03.10.2015 - Afghanistan

MSF demande une enquête indépendante suite aux frappes aériennes meurtrières sur l’hôpital de Kunduz

MSF condamne dans les termes les plus forts l’abominable bombardement aérien de son hôpital à Kunduz, en Afghanistan. Douze membres du personnel et au moins sept patients, dont trois enfants, ont été tués; 37 personnes ont été blessées, dont 19 membres du personnel. Cette attaque constitue une violation grave du droit international humanitaire.
Kunduz, Afghanistan, 03.10.2015
«Il y a eu une pause, puis une deuxième fois des bombes ont frappé. C’est arrivé encore et encore.»

Toutes les indications pointent actuellement que le bombardement a été mené par les forces internationales de la coalition. Médecins Sans Frontières (MSF) demande que la coalition rende des comptes complets au sujet de ses activités de bombardements aériens sur Kunduz le matin du samedi 03 octobre. MSF demande également qu'une enquête indépendante soit menée afin que les responsabilités de cette attaque soient clairement établies.

Une grave violation du droit international humanitaire

«Cette attaque est odieuse et constitue une grave violation du droit international humanitaire», a déclaré Meinie Nicolai, présidente de MSF. «Nous exigeons des forces de la coalition la transparence la plus totale. Nous n'accepterons pas que les dizaines de victimes de ce bombardement soient simplement considérées des «dommages collatéraux».

De 02h08 jusqu'à 03h15, heure locale, l'hôpital de traumatologie de MSF à Kunduz a été frappé par une série de bombardements aériens à environ 15 minutes d'intervalle. Le bâtiment central de l'hôpital, abritant l'unité de soins intensifs, les salles d'urgence, et la physiothérapie, a été frappé à plusieurs reprises de façon très précise au cours de chaque incursion aérienne, tandis que les bâtiments environnants ont été laissés quasi intacts.

«Mais les patients qui ne pouvaient pas s’échapper sont morts brûlés»

«Les bombes ont frappé, puis nous avons entendu les avions nous survoler», a déclaré Heman Nagarathnam, chef des programmes de MSF dans le nord de l'Afghanistan. «Il y a eu une pause, puis une deuxième fois des bombes ont frappé. C’est arrivé encore et encore. Lorsque je suis parvenu à sortir du bureau, le bâtiment principal de l'hôpital était en proie aux flammes. Les gens qui le pouvaient sont rapidement allés dans les deux bunkers de l'immeuble pour être en sécurité. Mais les patients qui ne pouvaient pas s’échapper sont morts brûlés alors qu'ils étaient étendus dans leurs lits ».

MSF avait communiqué l'emplacement exact de l'hôpital à toutes les parties

Le bombardement a eu lieu alors que MSF avait fourni les coordonnées GPS de l'hôpital de traumatologie à la Coalition et aux responsables militaires et civils afghans, y compris très récemment le mardi 29 septembre, pour éviter justement que l'hôpital ne soit frappé. Conformément à la pratique de routine pour MSF dans les zones de conflit, MSF avait communiqué l'emplacement exact de l'hôpital à toutes les parties au conflit.

Dans la foulée de l'attaque, l'équipe de MSF a désespérément essayé de sauver la vie de ses collègues et des patients blessés en mettant en place une salle d'opération de fortune dans une chambre en bon état. Certains des patients plus gravement blessés ont été transférés vers un hôpital, à Puli Khumri, à deux heures de route.

Accès aux soins en traumatologie coupés

«En plus d'entraîner la mort de nos collègues et des patients, cette attaque a coupé l'accès aux soins en traumatologie d'urgence pour la population de Kunduz à un moment où ces services sont le plus nécessaires», a déclaré Meinie Nicolai. «Une fois de plus, nous appelons toutes les parties au conflit à respecter les civils, les structures de santé, et le personnel médical, selon le droit international humanitaire.»

MSF exprime ses sincères condoléances

Depuis que les combats ont éclaté lundi, MSF avait soigné 394 blessés. Au moment de l'attaque aérienne, il y avait 105 patients et leurs aides-soignants à l'hôpital, aux côtés de plus de 80 membres du personnel international et national MSF. MSF exprime ses sincères condoléances aux familles et amis des membres de son personnel ainsi qu’aux patients qui ont tragiquement perdu la vie dans cette attaque.

L'hôpital de MSF est la seule structure du genre dans la région nord-est de l'Afghanistan. Pendant quatre ans, il a fourni gratuitement des services d'orthopédie et de traumatologie de haut niveau afin de sauver des vies. En 2014, plus de 22.000 patients ont reçu des soins à l'hôpital et plus de 5900 interventions chirurgicales ont été effectuées. MSF traite tous les malades sur la base de leurs besoins médicaux et ne fait aucune distinction fondée sur l'appartenance ethnique, politique, ou les croyances religieuses d'un patient.

MSF est une organisation médicale internationale qui a d'abord travaillé en Afghanistan en 1980. MSF a ouvert le Centre de traumatologie de Kunduz en août 2011 pour fournir des soins médicaux et chirurgicaux de haute qualité gratuitement aux victimes de traumatismes tels que les accidents de la circulation, ainsi qu’aux victimes des conflits ayant des blessures causées par attentats à la bombe ou des coups de feu. En Afghanistan, MSF appuie le Ministère de la santé publique à l'hôpital Ahmed Shah Baba dans l'est de Kaboul, à la maternité de Dasht-e-Barchi dans l'ouest de Kaboul et à hôpitalde Boost à Lashkar Gah, dans la province de Helmand. A Khost, dans l'est du pays, MSF gère aussiune maternité. MSF repose uniquement sur le financement privé pour son travail en Afghanistan et n’accepte d'argent d'aucun gouvernement.

Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner