16.02.2016 - Burundi

Série d’explosions dans des lieux publics à Bujumbura: MSF soigne plus de 60 blessés

MSF a pris en charge plus de 60 personnes lundi 15 janvier au matin après une série d’explosions de grenades sur les marchés et dans les rues commerciales de Bujumbura. Cet afflux de blessés survient seulement cinq jours après deux autres attaques à la grenade le jeudi 11 février, à la suite desquelles 55 personnes ont été prises en charge à l’Arche, le centre de traumatologie de MSF à Bujumbura.
Bujumbura, Burundi, 16.12.2015
«C’est la deuxième fois en moins d’une semaine que nous avons autant de blessés d’un coup dans notre centre de traumatologie»
Ce lien est?...

«Nous avons reçu beaucoup de patients, y compris des femmes et enfants, souffrant de divers traumas tels que des fractures ouvertures, des blessures à la tête ou des plaies. C’est la deuxième fois en moins d’une semaine que nous avons autant de blessés d’un coup dans notre centre de traumatologie», explique Efstathios Kyrousis, chef de mission de MSF au Burundi. Les grenades ont explosé dans différentes parties de la ville, principalement sur les marchés, et deux décès ont été rapportés.

Les équipes de MSF ont dû  déclencher un plan catastrophe afin de prendre en charge cet afflux de blessés et de traiter en priorité les cas les plus graves. En quelques heures, sept opérations chirurgicales ont été effectuées et huit autres sont planifiées pour les prochains jours. Parmi les 61 patients pris en charge ce lundi, il y avait 18 femmes et trois enfants.

MSF est l’une des seules organisations internationales qui prend en charge les blessés et les urgences traumatologiques dans la ville. Le centre de traumatologie de MSF a actuellement une capacité de 43 lits et comprend une salle d’urgence, deux blocs opératoires et une unité de soins intensifs. Sa capacité sera bientôt augmentée à 86 lits.

Les activités de MSF au Burundi sont financées uniquement par des donations individuelles et l’organisation n’accepte pas de  fonds provenant de gouvernements pour ses projets dans le pays. Au Burundi comme partout dans le monde, MSF traite tous les patients sans distinction d’ethnie, de religion ou d’affiliation politique.

Présente depuis plus de 20 ans au Burundi, MSF a renforcé ses activités à Bujumbura dès le début des tensions pré-électorales en mai 2015. Ses services sont entièrement gratuits et disponibles à toute personne répondant aux critères d'admission - notamment toute personne ayant subi un trauma violent. Depuis l’ouverture du centre en juillet, 1210 patients ont reçu des soins, parmi lesquels 205 nécessitaient une intervention chirurgicale. MSF répond également à l’afflux de réfugiés burundais en Tanzanie depuis mai 2015. Il y a actuellement environ 130 000 réfugiés en Tanzanie et environ 200 à 250 personnes continuent à traverser la frontière chaque jour. MSF offre des soins médicaux, un soutien en santé mentale et une assistance en hygiène et assainissement dans les camps de Nyarugusu, Nduta et Mtendeli.

Thématiques liées
Burundi, Gestion de clinique, Violence
Partager
Newsletter
S'abonner à la newsletter
Rester informé

S'abonner